Cameroun: Le saxophoniste Manu Dibango perd le combat contre le covid19 - Adieu « Papy Groove »

Légende Plus que jamais au sommet de son art, à 85 printemps, Manu Dibango, en 60 ans de musique, demeure l’as des as du saxo !
24 Mars 2020

De la passion et de l'énergie à revendre, le musicien célébrait ses 60 ans de carrière jusqu'au 17 octobre dernier où il est monté sur la scène du Grand Rex de Paris avec son compagnon de route son saxophone!

Triste nouvelle, la scène musicale internationale perd un grand musicien, Manu Dibango est mort annonce sa famille dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux : « Chers parents, chers amis, chers fans, une voix s'élève au lointain...

C'est avec une profonde tristesse que nous annonçons la disparition de Manu Dibango, notre « Papy Groove » survenue le 24 mars 2020 à l'age de 86 ans, des suites du Covid19' lit-t-on.

Testé positif au Covid-19 et hospitalisé dans un hôpital de la région parisienne, Manu dibango est la première star internationale à succomber à ce fléau viral qui a emporté avec lui des milliers de vies.

« L'artiste camerounais était encore en forme l'an passé et en tournée pour ses 60 ans de carrière avec son « safari symphonique » mêlant jazz et musique classique, un programme dont il nous avait parlé en juillet 209' rapporte la rédaction de Francetvinfo sur leur site.

Né le 12 décembre 1933 à Douala, au Cameroun, de son vrai nom Emmanuel N'Djoké Dibango, le géant de taille et de coeur a joué sur les grandes scènes internationales. En 1949 il s'installe en France, pays qui lui accordera en 2010 la légion d'honneur.

De la passion et de l'énergie à revendre, le musicien célébrait ses 60 ans de carrière jusqu'au 17 octobre dernier où il est monté sur la scène du Grand Rex de Paris avec son compagnon de route son saxophone!

Avec son décès, c'est toute la musique qui pleure l'une de ses plus grandes figures. Une carrière immense qu'il a dirigé avec passion: dès les années 50, Manu Dibango avait réussi à s'imposer sur la scène world, entre soul, jazz et musique africaine.

En 1972, il avait composé l'hymne de la Coupe d'Afrique de football, un morceau intitulé « Soul Makossa » et qui deviendra l'un de ses plus grands succès.

La chanson sera d'ailleurs reprise par de grands noms de la musique internationale comme Michael Jackson ou, pus récemment, Rihanna.

En Tunisie on l'avait reçu sur les scènes du festival international de Carthage, celui de Hammamet et au Tabarka Jazz.

Outre son apport musical, on retiendra de son passage sur terre sa gentillesse, sa passion, son énergie et sa générosité. Repose en paix grand homme.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.