Afrique: Le continent pleure Manu Dibango, victime du coronavirus

Légende Plus que jamais au sommet de son art, à 85 printemps, Manu Dibango, en 60 ans de musique, demeure l’as des as du saxo !

En l'espace de quelques jours, deux piliers de la musique du continent, Manu Dibango et Aurlus Mabélé, sont morts des suites du Coronavirus (Covid-19).

La mort de l'icône camerounaise du Jazz, Emmanuel N'Djoké Dibango, plus connu sous Manu Dibango, et celle de la légende congolaise du soukouss, Aurlus Mabélé, vient illustrer macabrement l'épidémie du coronavirus.

"Manu Dibango, c'est papa légende. Il appartient à tous les pays d'Afrique. Il n'est pas seulement camerounais. C'est un congolais, il est aussi ivoirien. C'est un panafricain, c'est monsieur Afrique" dit Koffi Olomidé, star de la rumba congolaise sur Twitter.

"J'ai pas les mots pour traduire toute ma tristesse. Tu as été un grand frère, une fierté pour le Cameroun et pour l'Afrique toute entière. Une immense perte ! RIP le Roi de la Makossa et Génie (du) Saxo" réagit pour sa part le Sénégalais Youssou Ndour.

Sur sa page Twitter, Didier Drogba, ancien footballeur ivoirien, écrit : "Merci pour tout l'artiste, merci d'avoir placé la musique africaine sur le (toit du monde) toutes ces années, de Michael Jackson en passant par Rihanna. Repose en Paix Papa Manu. Mes condoléances à toute sa famille, au Cameroun à l'Afrique et au monde musical".

Le gouvernement camerounais réuni pour discuter de la crise du Covid-19, a observé une minute de silence en hommage au disparu.

La famille du défunt a indiqué qu'un hommage plus officiel lui serait rendu dès que les circonstances le permettraient. En attendant, le Cameroun et le monde de la musique africaine pleurent la disparition de l'un de leurs plus grands artistes.

Respect des gestes-barrières

La journaliste camerounaise, Denise Epoté, très proche de Manu Dibango, invite ainsi au respect de toutes les mesures de prévention : "La fragilité des systèmes de santé sur le continent nous oblige à respecter à la lettre les gestes-barrières et les mesures de confinement. Mais il faudra pour les gouvernants une communication de crise très transparente. Après l'Europe, l'Afrique sera malheureusement le futur épicentre de cette épidémie et le pire est à venir."

Pour sa part, André-Claudel Lubaya, député de Kananga, dans le centre de la RDC, conseille aux populations Africaines d'abandonner certaines pesanteurs socio-culturelles afin de se protéger contre ce virus mortel. "Leur disparition doit nous interpeller. Principalement, nous, peuples africains, qui pour des raisons de tabou, pour des raisons de croyance religieuse, mystiques, continuons à banaliser, à minimiser les risques d'infection, à minimiser la létalité de ce virus qui tue. Et qui tue sérieusement" avertit le député congolais.

Dans la nuit du 17 au 18 mars 2020, la deuxième vice-présidente de l'Assemblée nationale du Burkina Faso, Marie-Rose Compaoré, est elle aussi décédé des suites du Covid-19.

Selon un rapport du centre des opérations de réponse aux urgences sanitaires (Corus) de ce pays (Burkina), quatre membres du gouvernement ont été infectés par le virus. Ils sont actuellement pris en charge sanitairement.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.