Burkina Faso: Lutte contre le coronavirus au pays

En vue de décongestionner l'hôpital de Tengandogo, la Fondation EBOMAF a mis à la disposition de l'Etat burkinabè, la clinique Princesse Sarah d'une capacité de 30 lits et un chèque de 50 millions de F CFA. Ce geste est la contribution de la Fondation EBOMAF à la lutte contre le coronavirus. La cérémonie a eu lieu dans la cour de la clinique Princesse Sarah à Ouaga 2000.

Désormais, un autre site pour hospitaliser les malades du coronavirus est disponible à Ouagadougou. Ce, grâce à la Fondation EBOMAF qui a mis à la disposition de l'Etat burkinabè, la clinique Princesse Sarah d'une capacité de 30 lits. Cette clinique est située à Ouaga 2000, côté Est de la mairie de l'arrondissement 12. La mise à disposition de cette clinique a été accompagnée de la remise d'un chèque d'une valeur de 50 millions de F CFA. Au cours d'une cérémonie sobre, Prosper Bassolé, directeur de cabinet du président du groupe EBOMAF, a remis les clés des locaux et le chèque de 50 millions de F CFA au directeur de cabinet du ministre de la Santé, Emmanuel Sorgho. Selon Prosper Bassolé, « c'est un geste humanitaire du président du groupe EBOMAF qui est aussi président de la Fondation EBOMAF».

A entendre le directeur de cabinet, le président de la fondation a voulu mettre à la disposition de l'Etat burkinabè, la clinique Princesse Sarah, l'ensemble de ses équipements plus un chèque de 50 millions de F CFA à titre de contribution, en tant que citoyen aux côtés de l'Etat, pour lutter efficacement contre la pandémie du coronavirus qui, au quotidien, sème la psychose au sein des populations. Pour Emmanuel Sorgho, directeur de cabinet du ministre de la Santé, cette clinique mise à la disposition de l'Etat burkinabè vient à point nommé, car elle permet de juguler les difficultés rencontrées au niveau de l'hôpital de Tengandogo qui accueille les malades du Covid-19.

A son avis, ce bâtiment qui comprend 30 lits d'hospitalisation, deux salles de réanimation de 5 lits plus d'autres commodités, vient renforcer la capacité de riposte contre la pandémie du coronavirus. De ce fait, le directeur de cabinet du ministre de la Santé a affirmé que ce geste est « un baume au cœur ». Après la remise des clés, il a déclaré être animé par un « sentiment de soulagement », car « c'est un réconfort de voir un citoyen burkinabè mettre spontanément à la disposition de l'Etat, une telle infrastructure et un tel montant pour la lutte contre la pandémie ». Il a donc remercié le généreux donateur tout en invitant les autres Burkinabè qui peuvent emboîter le pas à la Fondation EBOMAF à le faire sans hésiter parce que l'Etat en a besoin. Par ailleurs, Emmanuel Sorgho, directeur de cabinet du ministère de la Santé, a invité la population burkinabè à observer les mesures édictées par le ministère de la Santé pour nous permettre d'aller vite dans le combat contre cette pandémie du Covid-19. Il est à noter que la clinique Princesse Sarah mise à la disposition de l'Etat, est la propriété de la Fondation EBOMAF. Des malades y ont été admis dans la soirée du 23 mars 2020, jour de la remise des clés de la clinique à l'Etat.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.