Congo-Brazzaville: Coronavirus - Le respect des règles d'hygiène dans les administrations publiques

Dans le cadre de la mise en œuvre des mesures prises par le gouvernement congolais, relatif à la lutte contre le covid-19, les ministères et autres administrations publiques se sont parés d'outils recommandés pour prévenir toute contamination.

Après un tour d'horizon dans quelques administrations publiques de la ville, réputées d'attirer du monde, le constat est quasiment le même. Le personnel accueille toujours le public, tout en suivant un ensemble de mesures visant à éviter la propagation du coronavirus.

Si le quotidien de travail a pris un coup dans plusieurs secteurs d'activités, la plupart des employés répondent présents à leurs postes malgré l'annonce des mesures instaurées par l'Etat.

A l'entrée et dans les couloirs de certains services publics, notamment au laboratoire national, des dispositifs d'information sont affichés sur le mur et des sauts d'eau munis de désinfectant ou des gels hydro-alcooliques sont mis à la portée de tous, afin de permettre le nettoyage des mains.

« En cette période, il est obligatoire de se conformer aux mesures d'hygiène, afin de limiter l'expansion du virus sur le territoire national. En cela, même lors des consultations, nous observons des distances avec les patients, exceptés lors des prélèvements ; nous portons des gants et masques de protection », nous a confié Médina, agent du laboratoire national.

Par ailleurs, du côté de la direction générale de la fonction publique, les agents vaquent ordinairement à leurs tâches administratives, tout en redoublant de vigilance face à la pandémie. L'affluence n'est plus la même depuis la prise des mesures par le gouvernement et même les environs de ces administrations ne sont plus truffés de monde comme à l'accoutumée. Quelques démarcheurs sont encore présents, de même que quelques marchands, mais sans affluences.« Le respect de la distance est de mise avec les usagers et même entre collègues. Il n'y a plus de salutations physiques et moins de contact humain. Nous avons jugé bon de laisser les portes ouvertes, durant nos heures de service, pour garder les poignées à l'abri des germes », a déclaré un agent de la fonction publique.

Pour une commerçante des lieux, le rythme des activités a considérablement baissé depuis la mise en pratique des mesures gouvernementales. Et d'ajouter, « Cela impacte sur mon chiffre d'affaire journalier. Toutefois, on n'y peut rien, car la situation est temporaire pour protéger la population ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.