Sénégal: Lutte contre le coronavirus au pays - Macky Sall décroche son premier consensus

Après avoir décrété l'état d'urgence, le lundi 23 mars, le président de la République, Macky Sall, a rencontré l'opposition sénégalaise hier, mardi 24 mars, au palais.

Tous ses adversaires politiques, à savoir le leader du parti Rewmi, Idrissa Seck, celui de Pastef/Les patriotes, Ousmane Sonko, ou encore le patron du Grand parti, Malick Gakou, sans oublier le président du mouvement "Taxawu Senegaal", Khalifa Ababacar Sall, ont tous mis de côté leurs intérêts partisans pour répondre favorablement à l'appel du président.

Toutefois, même s'ils approuvent toutes les décisions jusqu'ici prises par le chef de l'Etat, il n'en demeure pas moins que l'ancien candidat, sorti troisième à la présidentielle de 2019, a émis quelques réserves concernant certaines décisions, tout en rejetant d'autres mesures.

Depuis son accession à la magistrature suprême, en 2012, le chef de l'Etat vient de décrocher pour la première fois le consensus de l'ensemble de la classe politique, même auprès de ses adversaires les plus radicaux. Ou du moins, le président Macky Sall est parvenu à faire adhérer les acteurs politiques à sa décision d'instaurer l'état d'urgence dans le pays, suivi d'un couvre-feu sur l'ensemble du territoire national, de 20 à 6 h du matin. Pour cause, sur son invitation, l'ensemble des leaders de l'opposition ont effectué le déplacement au palais de la République hier, mardi 24 mars.

En effet, le leader du parti Rewmi, Idrissa Seck, celui de Pastef/ Les patriotes, Ousmane Sonko, ou encore le patron du Grand parti, Malick Gakou, sans oublier le président du mouvement "Taxawu Senegaal", Khalifa Ababacar Sall, ont tous répondu présents à l'appel du chef de l'Etat.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.