Cote d'Ivoire: Covid-19 - La Banque mondiale exhorte le G20 à suspendre les remboursements de dette publique des pays les plus pauvres

Lors d'une conférence des ministres des finances du G20 sur le Covid-19 le lundi 23 mars 2020, le président du groupe de la Banque mondiale a demandé à ce que les dirigeants suspendent les remboursements de dette publique bilatérale des pays les plus pauvres.

Selon une note de la banque, David Malpass, évoquant les raisons, a indiqué que « les pays qui seront probablement les plus durement touchés par cette crise due à la pandémie, sont les plus pauvres et les plus vulnérables. »

Il a toutefois précisé que « beaucoup d'entre eux étaient déjà dans une situation d'endettement difficile qui ne laisse aucune marge de manœuvre pour opposer une riposte sanitaire et économique appropriée ».

Pour lui, cela veut dire que les ressources IDA ne sauraient être affectées au remboursement des dettes.

Il a par ailleurs appelé les pays du G20 à soutenir les pays en voie de développement. A cet effet, « il a invité tous les créanciers bilatéraux publics des pays les plus pauvres à prendre des mesures à effet immédiat pour venir en aide aux pays à travers un allègement de dette afin de leur permettre de consacrer leurs ressources à la lutte contre la pandémie. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.