Guinée: Déroulement des opérations de vote au pays - Le satisfecit de la société civile africaine

Au cours d'une conférence de presse, la Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile africaine (COMISCA) a déclaré que «les élections législatives et référendaire du 22 mars 2020 ont respecté les normes et principes internationaux» et conclu que ce double scrutin a été «libre, transparent et démocratique».

Présente à Conakry sur invitation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de Guinée, la Coordination de la mission internationale des observateurs de la société civile africaine (COMISCA) avait, entre autres, pour missions selon son président, Saïdou Compaoré, de « constater si les conditions nécessaires sont réunies pour la bonne conduite des élections et de vérifier si l'organisation des élections est en conformité avec les normes établies dans les principes de la déclaration de Bamako pour la gestion et la supervision des élections dans les pays francophones».

La COMISCA a assuré avoir déployé ses observateurs dans plusieurs régions du pays afin qu'ils suivent le déroulement des opérations de vote. A partir des informations que lui ont fait remonter ses observateurs, et sur la base de la compilation factuelle des fiches d'observation, la COMISCA a estimé que le scrutin s'est déroulé de façon satisfaisante.

Cependant Saïdou Compaoré a noté «quelques légères insuffisances» qui n'ont pas, selon lui, «un impact déterminant sur le bon déroulement des opérations de vote» : ces insuffisances sont, entre autres, «un retard dans l'ouverture de certains bureaux de vote, quelques actes de vandalisme et de violence dans certaines localités, la non-maîtrise des procédures de vote par certains électeurs, la difficulté pour certains électeurs de retrouver leurs noms sur la liste électorale».

C'est au regard de tout cela que le président de la COMISCA a déclaré que les élections guinéennes du 22 mars 2020 «ont respecté les normes et principes internationaux» et qu'elles ont été «libres, transparentes et démocratiques».

Tout en notant que les élections se sont tenues dans un contexte de défis opérationnels et politiques, la COMISCA a «déploré et condamné les violences et les incidents meurtriers survenus le jour du vote». Saïdou Compaoré s'est désolé de ce que ces violences se poursuivent à N'Zérékoré.

C'est pourquoi la COMISCA a appelé toutes les parties prenantes à «réengager un dialogue inclusif afin de poursuivre les réformes politiques et électorales visant à renforcer la démocratie, la gouvernance et la stabilité politique».

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.