Mali: Les élections législatives maintenues ce dimanche malgré le coronavirus

photo d'illustration -Législatives au Mali

Le Mali a annoncé mercredi ses premiers cas officiels de Covid-19. Un homme et une femme à Bamako et à Kayes, à l'ouest du pays, ont été testés positifs. Malgré tout, les électeurs sont appelés aux urnes dimanche 29 mars pour désigner leurs députés.

Après le Sénégal et la Côte d'Ivoire, au Mali, le président Ibrahim Boubabcar Keïta a décrété un couvre-feu à compter de ce jeudi, de 21 h à 5 h du matin. Ce mercredi, le ministère de la Santé a annoncé que deux premiers cas de Covid-19 avaient été enregistrés sur le sol malien. Un homme et une femme qui étaient entrés au Mali après un voyage en France les 12 et 16 mars dernier.

Une nouvelle situation sanitaire qui n'a pas fait changé le calendrier électoral. Le premier tour des législatives est toujours confirmé pour ce dimanche. Et la campagne électorale est morose dans les rues de la capitale. Quelques affiches de campagne décorent encore les principales avenues de Bamako alors que les meetings ont tous été officiellement annulés. Seules quelques réunions de quartiers sont maintenues.

À proximité de l'aéroport, une trentaine de riverains sont regroupés en cercle dans une ruelle. Mamadou Bolly est venu écouter des candidats aux élections législatives : « D'habitudes, ce n'est pas comme ça, c'est un peu différent. On peut rassembler beaucoup de gens, 100 personnes, 200 personnes. Mais maintenant, on va limiter. On nous a dit 50 personnes. Ce sont les autorités qui nous ont dit ça, ils ont communiqué ça à la radio, à la télé. Il ne faut pas que les gens se rencontrent parce qu'il y a des maladies qui circulent. »

« Cela fait un an que les mandats de députés ont expiré »

En effet, les rassemblements de plus de 50 personnes sont désormais interdits. Certains réclamaient le report des élections à cause de la pandémie. Adama Koné, candidat à la députation et chercheur scientifique, est partagé : « C'est vraiment un dilemme pour les chercheurs de dire qu'il fallait reporter, le temps que les choses se calment. Maintenant, le gouvernement est dans un dilemme, parce que cela fait un an que les mandats de députés ont expiré. Il y a une pression sociale, il y a un pression politique, il y a une pression sécuritaire. »

Avec ou sans cas de Covid-19, les élections seront maintenues, annonçait déjà jeudi dernier, le 19 mars, le Premier ministre Boubou Cissé.

Les élections législatives émanent de la décision du dialogue national inclusif.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.