Congo-Kinshasa: Face au coronavirus, l'eau vaut de l'or

L'un des grands défis face au Covid-19 est de permettre aux Congolais d'accéder à de l'eau propre pour pouvoir bien se laver les mains.

La RDC est en état d'urgence depuis ce mercredi (25.03) et Kinshasa, sa capitale, coupée du reste du pays pour essayer de lutter contre la propagation du coronavirus.

Le président Félix Tshisekedi l'a annoncé mardi (24.03) au moment où le panel des experts de la société civile demandait au gouvernement de mieux protéger les Congolais contre la pandémie qui a fait quatre morts parmi les 48 cas confirmés.

Particulièrement préoccupant : le fait que l'accès à l'eau reste difficile, ce qui compromet une mesure préventive essentielle comme le lavage des mains.

Les mesures que Félix Tshisekedi a annoncées viennent s'ajouter à celles présentées la semaine dernière et dont la mise en application est demeurée limitée.

Interdictions de voyager

Parmi les nouvelles mesures figurent l'interdiction des sorties de Kinshasa vers le reste du pays et vice-versa, ainsi que la multiplication des points de lavage des mains.

Le premier facteur contre la propagation du Covid-19 demeure l'eau qui reste un produit de luxe pour beaucoup en République démocratique du Congo, alors que le pays dispose pourtant de plus de la moitié des réserves d'eau en Afrique subsaharienne.

A lire également : Coronavirus : comment se protéger et protéger les autres ?

Selon les statistiques de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et du Fonds des Nations Unies pour l'Enfance (UNICEF), le taux d'accès serait de 46%, les derniers chiffres disponibles datant de 2012.

Près d'un quart des populations urbaines auraient accès à l'eau potable mais avec des coupures quotidiennes.

Face à l'évolution de la pandémie, les Congolais sont donc appelés à observer des mesures d'hygiène.

Kinshasa promet des améliorations

Mais comment y parvenir si la population n'a pas accès à l'eau pour se laver les mains ?

Kinshasa, la capitale, abrite plus de dix millions d'habitants dont l'accès à l'eau potable est faible.

Les habitants du centre-ville bénéficient des services irréguliers de l'opérateur public national, la Regideso, mais la situation est encore plus grave dans les quartiers périphériques où l'eau potable n'existe pas.

Les Kinois qui vivent dans ces quartiers utilisent de l'eau des sources qui est souvent souillée.

Eustache Muhanzi, le ministre d'Etat en charge des Ressources hydrauliques et de l'Electricité, a reconnu l'impact négatif de l'absence d'eau potable sur la propagation du coronavirus et promis des améliorations :

"Si la pandémie de coronavirus nous tracasse tant, la carence de l'eau ne fait qu'en aggraver les tristes conséquences. Voilà pourquoi, pour maintenant et pour l'avenir, la Regideso a été instruite afin d'améliorer rapidement la desserte."

Par ailleurs, le président Tshisekedi a indiqué que deux des trois cas suspects de Lubumbashi dans la province du Haut-Katanga sont négatifs. On attend une confirmation pour le troisième.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.