Cameroun: Transport urbain de masse - Le nombre de passagers limités

L'instruction du ministre Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe a été rendue publique dans un communiqué signé lundi 23 mars dernier.

Par ces temps où le coronavirus rode, aucun secteur ne souhaite lui ouvrir les portes. Celui des transports étant l'un de ceux qui brassent de nombreuses personnes, le ministre Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe a décidé de prendre les dispositions qui s'imposent. Dans un communiqué signé le lundi 23 mars, le ministre rappelle d'abord à tous, que les déplacements ne doivent s'effectuer qu'en cas d'extrême nécessité. Si jamais cette nécessité extrême est avérée, il demande aux conducteurs de motos de ne porter qu'une seule personne. Les clichés de quatre à cinq personnes sur ces engins à deux roues sont à bannir. En ce qui concerne les taxis, le ministre des Transports exige qu'on n'y retrouve désormais que quatre personnes, le chauffeur y compris.

C'est-à-dire deux à l'avant et deux autres à l'arrière du véhicule. S'agissant du transport de masse, les bus de 50 places sont autorisés à faire le plein. Mais les gros-porteurs de 70 places ne doivent avoir que 50 passagers. Les bus de 30 à 35 places ne sont habilités qu'à porter 20 personnes. Ceux de 22 places doivent se contenter de 15 passagers. Les 19 places n'en occupent que 12 pendant que les véhicules de 15 places se limitent à 10 personnes. A côté de ces mesures qui ne sont en aucun cas de simples suggestions, le ministre interdit également le ramassage des passagers en cours de route et les regroupements de plus de 50 personnes dans les salles d'embarquement. Au sujet du transport routier des marchandises, Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe proscrit le transport des personnes et exige que les équipages des camions de marchandises en transit soient soumis au contrôle sanitaire, aux seuls check-points conventionnels.

Toujours dans le même communiqué, le ministre suspend les activités des centres de formation en conduite automobile. Tout en comptant sur le civisme et le sens de responsabilité de tous, le chef de département invite les acteurs du transport routier à observer les mesures d'hygiène, à mettre à la disposition des usagers des solutions hydro-alcooliques avant leur entrée dans les véhicules et à veiller à la vulgarisation du numéro vert du ministère de la Santé publique : 1510. Selon Jean Ernest Masséna Ngalle Bibehe, le non respect de ces mesures est susceptible de conduire à l'arrêt total ou pendant 15 jours au moins, de l'ensemble des activités de transport urbain, périurbain de personnes. A bon entendeur...

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.