Burkina Faso: Coronavirus à l'Est Aucun cas, les services de santé en alerte

A l'instar des autres localités du Burkina Faso, la région de l'Est a pris des mesures préventives de la pandémie du coronavirus. Jusque-là, certaines personnes sont réfractaires à ces mesures. Le constat dans la ville de Fada N'Gourma suscite beaucoup d'inquiétude.

A la date du mercredi 25 mars 2020, la région de l'Est n'a enregistré aucun cas du COVID 19. Toutefois, le directeur régional de la santé de l'Est, Dr Dieudonné Soma, a expliqué qu'un agent, en service au Centre hospitalier régional (CHR) de Fada N'Gourma, qui aurait été en contact avec un proche testé positif à Ouagadougou a été mis en quarentaine. Selon lui, en plus de la batterie de mesures annoncées par le chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, des dispositions ont été prises, à l'échelle locale, pour barrer la route à la pandémie. Il a confié qu'aux portes d'entrée de la région avec les pays voisins, des équipes chargées de contrôler les températures des usagers ont été instituées.

A l'entendre, chaque équipe met à la disposition des passants du gel hydroalcoolique pour la désinfection des mains. Outre ces mesures, Dr Soma a indiqué que dans tous les Centres médicaux avec antenne chirurgicale (CMA), des équipes médicales d'urgence sont constituées pour prévenir et gérer toute éventualité. « Nous avons également une équipe d'intervention rapide chargée de coordonner les équipes médicales d'urgence », a-t-il soutenu. Au demeurant, il a exprimé la nécessité de renforcer les capacités professionnelles du personnel soignant commis à la tâche pour plus d'efficacité. Néanmoins M. Soma a estimé qu'avec le dispositif établi, la région sanitaire de l'Est est suffisamment organisée pour faire face à la pandémie.

Cependant il s'est dit outré par l'attitude « irresponsable » de certains Burkinabè. « En dépit des multiples actions de sensibilisation que nous avons menées, nous constatons que des individus refusent de se conformer aux mesures », a-t-il déploré. Effectivement, le constat dans la cité de Yendabli vient corroborer les propos du Dr Soma. Depuis l'annonce des mesures, les débits de boisson de la ville ne désemplissent point et certaines compagnies de transport en commun communément appelées « dîna » poursuivent le trafic. A bord du véhicule de Séni Sana, les passagers se bousculent pour y prendre place.

Le respect strict des mesures

Ce conducteur a expliqué qu'il veut juste rejoindre les siens. « Quand on annonçait la mesure de l'arrêt du trafic, j'étais à Ouagadougou. Donc je suis en train de filer pour rejoindre ma famille à la Kompienga », s'est-il justifié. Comme Séni Sana, Saouba Gnada, venu de Nadiagou dans la province de la Kompienga, est en train d'embarquer pour Ouagadougou où réside sa famille, d'après lui. Pour se dédouaner, il a indiqué qu'au regard du couvre-feu il est impossible de faire le trafic en un jour. Selon le responsable de la gare de Kompienga, Seydou Dahani, il n'est pas question d'autoriser d'autres départs. « Certains ont chargé depuis dimanche et font le trafic en deux ou trois jours.

Il faut leur permettre de rentrer chez eux », a-t-il souligné. Outre le trafic routier et les débits de boisson, le marché à bétail était noir de monde, le dimanche dernier. Et le lendemain, le conseil municipal de Fada N'Gourma a pris la résolution de suspendre tous les marchés à bétail relevant de sa circonscription administrative jusqu'à nouvel ordre, a rassuré son président Jean-Claude Louari. En plus de cette mesure, à l'échelle locale, la municipalité de Fada a décidé, entre autres, du report de sa première session ordinaire 2020, ainsi que de la journée de dialogue et d'interpellation communautaire. Elle s'est résolue, également, à suspendre les cérémonies coutumières et religieuses. Pour barrer la route à la pandémie du coronavirus à l'Est, le bourgmestre de Fada N'Gourma a lancé un appel aux populations de sa commune et de celles des communes sœurs de la région à la responsabilité et au respect strict des mesures annoncées, à l'échelle nationale et locale.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.