Mali: Le pays engagé sur plusieurs fronts - Covid-19, insécurité et législatives

Le président malien Ibrahim Boubacar Keita a annoncé le maintien des élections législatives au 29 mars en dépit du risque de contamination au Covid-19.

Lors d'une allocution télévisée ce mercredi (25.03.2020), le président malien Ibrahim Boubacar Keita a annoncé un couvre-feu nocturne dans tout le pays afin de lutter contre la propagation de l'épidémie de coronavirus.

Un peu plus tôt, les autorités sanitaires du pays avaient annoncé avoir enregistré les deux premiers cas confirmés de coronavirus au Mali, pays resté jusqu'ici épargné par la pandémie. Il s'agit de deux Maliens rentrés de France mi-mars.

Les experts estiment que le Mali est particulièrement exposé à la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, notamment en raison des violences djihadistes et des conflits intercommunautaires qui ensanglantent le vaste pays sahélien depuis 2012.

Double état d'urgence au Mali

"En plus de l'état d'urgence qui prévaut dans notre pays en raison du contexte sécuritaire, l'état d'urgence sanitaire est décrété. Un couvre feu est également décrété, qui sera rigoureusement appliqué de 21H00 à 5H00 du matin, jusqu'à nouvel ordre, et ce à compter de ce jeudi 26 mars 2020 0H00", a déclaré Ibrahim Boubacar Keita sur la télévision publique malienne.

Il a également annoncé la fermeture des frontières terrestres "sauf au fret et au transport de marchandises", et que les marchés resteraient ouverts.

Maintien des élections législatives au 29 mars

Malgré le tableau inquiétant, le chef de l'Etat a indiqué que les élections législatives auraient bien lieu dimanche, comme prévu.

"Ces élections se tiendront le 29 mars, c'est-à-dire ce dimanche, et ce dans le respect scrupuleux des mesures barrières. Le gouvernement fera tout pour qu'il en soit ainsi", a assuré le président malien.

Les élections législatives au Mali ont été repoussées à différentes reprises. Elles sont considérées comme un volet important de l'effort politique devant accompagner l'action militaire face à la grande insécurité.

Un opposant enlevé selon le gouvernement malien

Le chef de file de l'opposition malienne Soumaïla Cissé, président de l'Union pour la république et la démocratie (URD) était porté disparu depuis mercredi (25.03.2020) alors qu'il était en campagne électorale dans le centre du Mali. Selon les informations qui ont suivi ce jeudi, de la part du gouvernement, l'homme de 70 ans aurait été enlevé avec deux membres de son entourage.

"Toutes les dispositions pratiques sont prises" pour le retrouver, a dit le gouvernement dans un communiqué.

La campagne électorale a été compliquée par les risques sécuritaires et les mesures adoptées par les autorités contre le coronavirus.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.