Afrique du Sud: Coronavirus - Confinement total pour la RSA

La police et les soldats seront déployés pour appliquer le confinement lié au Covid-19.

Le confinement total de la population a commencé ce vendredi à minuit. 60 millions de Sud-Africains vont devoir rester chez eux pendant 21 jours. L'Afrique du Sud, avec 927 cas, est le premier pays du continent à imposer un confinement total. Les mesures ont été annoncées lundi soir par le président Cyril Ramaphosa, qui a indiqué vouloir empêcher l'explosion de l'épidémie et une catastrophe sanitaire.

Le message des autorités est clair : « Restez chez vous ». Bars, restaurants, plages, parcs, églises sont fermés. Aucun véhicule ne doit circuler.

Seuls les gens travaillant dans des secteurs vitaux sont autorisés à sortir de chez eux : hôpitaux, pharmacie, supermarchés, magasins d'alimentations. Les personnes travaillant dans les secteurs de l'eau et de l'électricité peuvent également se rendre au travail. Les mines de charbon, par exemple, restent opérationnelles pour faire tourner les centrales thermiques.

« Il n'est pas question d'être dehors, sur la route, de se déplacer, a prévenu le ministre de la Police Mbeki Cele. J'ai entendu certaines personnes parler d'aller promener son chien, il n'est pas question de promener son chien ! Si vraiment c'est indispensable, cela doit se faire autour de votre maison. »

Le confinement, un défi sanitaire...

La police, soutenue par l'armée, a été déployée dans les rues pour imposer ce confinement qui risque d'être difficile à faire respecter. D'un point de vue sanitaire tout d'abord, il est presque impossible de parler de confinement dans les townships du pays, des bidonvilles issus du régime de l'apartheid, et où vivent encore 20% de la population.

Dans le plus connu d'entre eux, à Soweto, des centaines de milliers de Sud-Africains vivent dans des habitats informels en tôle, souvent entassés à plusieurs. Les infrastructures y sont quasiment inexistantes. Ici ou là, des dizaines de personnes se partagent des toilettes collectives.

... et économique

Le confinement est aussi un défi économique pour beaucoup. 55% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Rester chez soi est synonyme de perte de revenus pendant trois semaines, un drame pour beaucoup de familles qui finissent déjà à peine les fins de mois en temps normal, et qui pourraient être tentées de contourner les mesures du gouvernement.

Un plan national va être mis en place pour soutenir les petites entreprises et les salariés qui seront au chômage technique. Un fond de solidarité a également été créé.

Le ministre de la Police a mis la population en garde : ceux qui sortiront sans autorisation seront verbalisés ou mis en prison pour une durée de six mois. Reste à savoir si le gouvernement est capable de s'assurer du respect du confinement. Car l'armée sud-africaine a montré ses limites par le passé, comme dans les townships du Cap, où elle a récemment été déployée pendant sept mois, sans pouvoir empêcher la mainmise des gangs sur les quartiers.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.