Afrique: Observations de la directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, pendant un sommet extraordinaire des dirigeants du G20

document

La directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a fait aujourd'hui la déclaration suivante à l'issue d'un sommet extraordinaire des dirigeants du G20 en téléconférence :

« Je remercie la présidence saoudienne d'avoir convoqué ce sommet extraordinaire afin que la communauté mondiale puisse serrer les rangs pour protéger des vies et préserver l'économie mondiale. Nous prévoyons une contraction de la production mondiale en 2020 et une reprise en 2021. Quant au degré de sévérité de cette contraction et à la rapidité de cette reprise, cela dépendra du rythme auquel la pandémie est maîtrisée, ainsi que de la vigueur et de la coordination de nos actions sur le plan monétaire et budgétaire.

« Vous, les dirigeants du G20, avez déjà pris des mesures extraordinaires pour sauver des vies et préserver vos économies.

« Il est particulièrement important d'octroyer une aide budgétaire ciblée aux ménages vulnérables et aux petites et grandes entreprises, afin qu'elles puissent survivre et se remettre rapidement au travail. Sinon, il faudra des années pour surmonter les effets de faillites et de licenciements massifs.

« Ce soutien accélérera la reprise ultérieure, et nous serons ainsi mieux à même de nous attaquer à des problèmes tels que le surendettement et la perturbation des échanges commerciaux.

« Il est fondamental de reconnaître qu'il importe d'aider les pays émergents et les pays en développement à surmonter le plus gros de la crise et à rétablir leur croissance. Ces pays sont particulièrement touchés par une combinaison de crise sanitaire, d'arrêt brutal de l'économie mondiale, de fuite de capitaux vers des actifs sûrs et, pour certains, de forte baisse des prix des produits de base. Ces pays sont au centre de nos préoccupations. Pour leur défense, nous disposons d'une capacité de financement considérable, à hauteur de 1 000 milliards de dollars, en collaboration étroite avec la Banque mondiale et d'autres institutions financières internationales. La tâche est gigantesque cependant :

Un nombre exceptionnellement élevé de pays ont besoin simultanément d'un financement d'urgence du FMI.

Les pays émergents sont fortement touchés par des sorties de capitaux exceptionnellement élevées et de graves pénuries de liquidités en monnaies étrangères.

Beaucoup de pays à faible revenu se retrouvent plongés dans cette crise alors qu'ils sont lourdement endettés.

« Notre action doit être proportionnelle à l'ampleur du défi à relever. Pour nous, au FMI, il s'agit de collaborer avec vous pour que notre réaction face à la crise soit encore plus efficace. À cet effet, nous sollicitons votre soutien pour :

Doubler notre capacité de financement d'urgence ;

Accroître la liquidité mondiale au moyen d'une allocation considérable de droits de tirage spéciaux (DTS) comme nous l'avons fait avec succès pendant la crise mondiale de 2009, et en élargissant l'utilisation des mécanismes de crédit croisé au FMI ;

Appuyer l'action des créanciers bilatéraux officiels visant à alléger le fardeau de la dette de nos pays membres les plus pauvres pendant la récession mondiale.

« Nous surmonterons cette crise ensemble. Et ensemble, nous jetterons les bases d'une reprise plus rapide et plus vigoureuse. »

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: IMF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.