Congo-Kinshasa: Les médecins des hôpitaux publics réclament leur alignement à la prime de risque

L'article 85 de la Constitution a été appliqué après l'adresse à la nation du Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi. L'état d'urgence est décrété mais l'évolution du coronavirus ne s'est pas arrêtée et, aucun congolais n'en est épargné.

Le gros problème est que le personnel soignant qui est sensée prendre soin des malades, n'est pas bien entretenu. Cette semaine, un collectif de médecins qui ne reçoit plus de prime de risque et n'est pas aligné, a lancé un cri d'alarme à l'endroit du Président de la République afin que ses revendications trouvent gain de cause.

"Que cette pandémie de covid-19 ne soit pas un énième prétexte pour mettre en quarantaine l'alignement des médecins à la prime de risque au T1, car nous n'allons pas mettre bêtement nos vies en péril, soit disant pour l'intérêt de la nation. Nous exigeons l'alignement des médecins non primés au T1, sans lequel nous irons tous déposer nos blousons et stéthoscopes devant nos assemblées provinciales respectives pour que nos députés aillent travailler à notre place", a laissé entendre un médecin du collectif.

L'état d'urgence sanitaire a été décrété, poursuit-il, et c'est nous les médecins qui seront en première ligne au péril de notre vie devant tous ces malades atteints de coronavirus. Et pendant ce temps-là, nos dirigeants seront sûrement en sécurité dans leurs maisons en train de compter le nombre des morts et de prendre en charge les frais funéraires comme d'habitude.

Par ailleurs, ce collectif a invité les autorités du pays à prévoir un budget pour les infrastructures sanitaires et la recherche scientifique, question de faire évoluer la science et assurer la sécurité sanitaire de la population. "Il est plus que temps pour le Parlement de la République démocratique du Congo et les autorités budgétaires, de réorienter une partie du budget de l'Etat vers le secteur sanitaire qui se trouve dans un état de précarité sans précédent", a souligné un médecin de Kinshasa, avant d'interpeler ses collègues à se prendre en charge. "Très chers médecins non primés, non alignés, personne ne défendra mieux votre cause que vous-mêmes. Aujourd'hui, à l'unanimité, nous levons le ton et disons non au Bénévolat en médecine".

Pour rappel, le collectif de médecins non primés et non alignés avait tenu un sit-in il y a quelques semaines devant l'hôtel du Gouvernement. Ils s'étaient adressés précisément aux ministères du budget et de la santé publique à qui ils avaient sollicité, à travers un mémorandum, de réguler leur situation de non-paiement de primes de risque et de salaires, ainsi que de l'alignement. Mais, il n'y avait aucune suite favorable, ce qui avait conduit à une grève générale des médecins du Synamed. Après une entente avec le gouvernement, les médecins avaient suspendu la grève pour soixante jours. Malheureusement, il n'y a toujours pas d'évolution.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.