Afrique: Lutte contre l'esclavage - Antonio Guterres : "l'un des crimes les plus graves de l'histoire de l'humanité"

A l'occasion de la Journée internationale de commémoration des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves, le chef de l'ONU a appelé à lutter contre le racisme qui persiste dans le monde. Le thème de cette année était : "Lutter ensemble contre le racisme, vestige de l'esclavage".

Pendant plus de quatre siècles, plus de quinze millions de personnes ont été victimes de la dramatique traite transatlantique des esclaves, l'un des chapitres les plus sombres de l'histoire humaine. Un vibrant hommage a été rendu le 25 mars dernier. "Cette commémoration poignante vise à honorer le souvenir des femmes, des hommes et des enfants qui ont souffert et péri, après avoir été emmenés de force dans des navires négriers traversant l'Atlantique ; l'un des crimes les plus graves de l'histoire de l'humanité", a déclaré le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, dans un message vidéo.

L'autre objectif de cette Journée internationale est de sensibiliser le public aux dangers actuels du racisme et des préjugés. "Le racisme continue d'être bien présent dans notre monde", a déploré Antonio Guterres. Il a appelé à s'élever contre toutes les formes de racisme et tous les comportements racistes. Il note que " hors du continent africain, les personnes d'ascendance africaine sont souvent parmi les dernières à bénéficier des soins de santé, de l'éducation, de la justice et de possibilités de toutes sortes". Il prévient contre tout comportement raciste en lien avec la crise du coronavirus. "Il nous faut également, de toute urgence, démanteler le racisme structurel et réformer les institutions qui perpétuent le racisme", a-t-il précisé.

Célébrée le 25 mars de chaque année, la Journée internationale de commémoration des victimes de l'esclavage et de la traite transatlantique des esclaves est l'occasion de rendre hommage à ceux qui ont souffert et sont morts aux mains du système cruel de l'esclavage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.