Sénégal: Liberté de mouvement et circulation au-delà du couvre-feu - Macky «réhabilite» les maires

Le président de la République réhabilite les maires du Sénégal, après leur exclusion de la liste des personnalités bénéficiant d'une dérogation de circuler au-delà de 20 heures pendant le couvre-feu. Selon le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, qui se prononçait sur cette question hier, jeudi 26 mars, à sa sortie d'audience au Palais de la République, le chef de l'Etat a donné des instructions au ministre de l'Intérieur dans le sens de permettre aux maires de circuler au-delà des heures arrêtées pour le couvre-feu.

Une bonne nouvelle pour les maires du Sénégal. Interdits de circuler de 20h à 6h du matin au même titre que leurs administrés, depuis le lundi 23 mars dernier, jour où le chef de l'Etat a décrété l'Etat d'urgence assorti d'un couvre-feu sur l'étendue du territoire national pour lutter contre la propagation du Covid-19, les maires des différentes communes du Sénégal sont désormais autorisés à circuler au-delà de 20 heures. L'information est du premier magistrat de la ville de Ziguinchor à sa sortie du Palais de la République hier, jeudi 26 mars.

Reçu par le chef de l'Etat dans le cadre de ses consultations citoyennes et politiques initiées au lendemain de l'annonce de sa décision d'Etat d'urgence, Abdoulaye Baldé dit avoir saisi l'opportunité que lui avait offerte dans son tête-à-tête avec le président de la République pour demander et obtenir au profit des maires une dérogation et autorisation de circulation au-delà de 20 heures pour pouvoir gérer leurs communes, surtout en cas d'urgence. Il faut dire que cette nouvelle qui intervient deux jours après l'entrée en vigueur du décret de l'Etat d'urgence de même que le couvre-feu va apporter du baume au cœur des élus municipaux qui commençaient déjà à dénoncer leur mise à l'écart dans cette liste de personnalités bénéficiant de dérogation et rendue publique par le ministre de l'Intérieur.

En effet, interpellé un peu avant la sortie du maire de Ziguinchor, Mbaye Samb, maire de la commune de Patar dans la région de Diourbel avait indiqué que la non-prise en compte des élus dans cette liste des personnes bénéficiant d'une dérogation relèverait d'une erreur à corriger sans tarder. «Les maires sont les premiers magistrats dans leur localité et, le plus souvent quand il y a problème, ils sont les premiers interpellés sur les lieux», a-t-il fait savoir.

Et pour conforter son propos, l'édile de Patar informait que sa commune n'a pas attendu le soutien de l'Etat pour s'engager pleinement dans la prévention contre la pandémie du coronavirus par la distribution des produits d'hygiène dans les mosquées et les daaras. Interpellé également sur cette question, le député-maire de la commune de Kaffrine, Abdoulaye Willane avait conforté son collègue de Patar et dit avoir saisi certains de ses collègues du groupe parlementaire de la majorité à l'Assemblée nationale, le bureau de l'Association des maires du Sénégal et des hauts responsables de l'Etat pour que les maires qui sont dans la proximité quotidienne avec leurs administrés soient bénéficiaires de ses dispositions dérogatoires.

Par ailleurs, le député maire de Kaffrine a également informé que sa commune qui travaille en étroite collaboration avec les autorités administratives et sanitaires locales n'écarte pas l'idée d'un réaménagement budgétaire pour mobiliser le maximum de ressources pour l'achat des produits et équipements sanitaires destinés au personnel médicat local mais aussi pour aider les ménages à faire face au cas où il y aurait confinement total.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.