Rwanda: Coronavirus - Dans le pays confiné, l'absence de revenus durement ressentie

Au Rwanda, on en est à sept jours de confinement. Le 21 mars au soir, tout juste une semaine après la confirmation du premier cas de coronavirus, le pays a fermé ses frontières, interdit tous les déplacements non nécessaires et les trajets entre les différents districts pour une durée initiale de deux semaines. Même le jogging dans les rues est interdit. Surtout, les autorités ont interdit la circulation en taxi-moto, et ordonné la fermeture de tous les commerces, excepté pour l'alimentation et les pharmacies.

Du fait de toutes les mesures prises par le gouvernement, beaucoup de Rwandais se retrouvent sans emploi, et sans revenus.

John Ngiramata fait les comptes de sa petite épicerie avec amertume... « Depuis le 18 de ce mois, mes ventes journalières s'élèvent seulement à 15 ou 20 euros, alors qu'avant, je vendais pour 100 euros par jour... Il y a eu un grand changement, beaucoup de gens n'ont plus d'argent parce qu'ils n'ont plus de travail... », nous explique t-il.

Les taxis-motos à l'arrêt

Plus de travail pour les autres commerçants, pour les ouvriers, et même pour les quelque vingt mille conducteurs de taxi-moto enregistrés à Kigali. Didier Ndabahariye est l'un d'entre eux. « Actuellement, ma femme et moi ne travaillons pas. Donc c'est difficile de nourrir nos enfants. Cela fait des jours que je suis bloqué à la maison. Je n'ai plus d'argent. Et je n'ai aucun moyen de trouver de l'argent pour payer mon loyer ».

L'interdiction de circuler entre les districts risque également d'affecter les petits agriculteurs qui vendent leurs produits à Kigali. Ces derniers jours, des policiers sont postés aux différentes entrées de la capitale...

Quand crise sanitaire rime avec crise économique

L'impact économique risque donc d'être ressenti dans tout le pays, assure Giuseppe Cioffo, chargé de programme au sein du Réseau européen pour l'Afrique centrale : « ces personnes ont besoin évidemment d'être soutenues économiquement, et ce sera au gouvernement, mais aussi aux bailleurs de fond, je pense, de s'assurer que cette crise sanitaire ne devienne pas une crise économique ».

Le gouvernement a commencé à distribuer des denrées de base aux familles les plus vulnérables et localement, l'entraide s'organise dans certains quartiers, où les habitants aisés peuvent faire des dons à leurs voisins dans le besoin.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.