Cameroun: Ngaoundéré - Les mosquées tournent au ralenti

A travers un communiqué radio-presse, le lamido de Ngaoundéré a invité les imams à fermer les lieux de culte pour la prière du vendredi.

Pour beaucoup, c'est un fait inédit dans la ville de Ngaoundéré. Vendredi dernier, les fidèles musulmans n'ont pas pu effectuer la prière du vendredi comme à l'accoutumée. Aux environs de 13h, heure habituelle de cette prière, les mosquées sont vides. On entend juste la voix du muezzin qui annonce l'heure de la prière de la fin de la matinée. Les commerces et les bureaux habituellement désertés à ce moment de la journée sont ouverts. Les propriétaires sont assis devant leur commerce en attente d'éventuels clients ou en petits groupes pour discuter, suivre d'anciens prêches ou encore pour lire le Coran.

Bien que la prière soit annulée, certains habitants ont tout de même tenu à être beaux pour cette journée en revêtant leurs plus jolis boubous et gandouras. Par petits groupes ou en solo, les musulmans ont effectué la prière de la mi-journée. La suspension de la prière du vendredi fait suite à la diffusion d'un communiqué radio-presse rendu public le 24 mars dernier par le lamido de Ngaoundéré S.M. El Hadj Mohamadou Hayatou Issa. Sur l'affiche, on peut y lire : « les rassemblements de plus de cinquante personnes dans toutes les mosquées sont strictement interdits et les fidèles qui y accèdent doivent impérativement garder un écart de sécurité de plus d'un mètre entre eux. Il demeure également entendu que tout fidèle se rendant à une prière collective dans une mosquée devra se munir de son tapis ou natte personnel.

De manière exceptionnelle, les prières collectives du vendredi sont suspendues dans toutes les mosquées jusqu'à nouvel ordre, de même que la fréquentation de toutes les écoles coraniques ». Du côté des fidèles, la mesure semble être bien accueillie. « En temps d'épidémies, il est tout à fait normal que les imams et le lamido prennent des mesures pour nous protéger bien qu'on n'ait pas annoncé de cas de Corona virus à Ngaoundéré pour le moment. C'est la première fois, depuis que je suis né, que ça arrive et c'est un fait inédit pour tout le monde. Nous sommes tristes parce que les mosquées sont fermées pour la grande prière de vendredi mais nous avons espoir que les choses reviennent à la normale », espère Hamidou, un fidèle.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.