Afrique Centrale: Impact du Covid-19 - Des mesures pour soutenir les entreprises

Des recommandations fortes prises samedi au cours d'une session extraordinaire du comité de pilotage du programme de réformes économiques et financières de la sous-région, à Brazzaville.

La 3e session extraordinaire du comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières de la Communauté monétaire et économique de l'Afrique centrale (Pref-CEMAC) a eu lieu samedi dernier à Brazzavile, sur convocation de son président, Denis Sassou N'Guesso, chef de l'Etat congolais. Objectif : évaluer l'impact économique du covid-19 dans la sous-région et surtout, y apporter des solutions. Selon les premières évaluations faites par le Pref-CEMAC, en collaboration avec la BEAC et la BDEAC, il ressort que le Covid-19 est ressenti dans la communauté de plusieurs manières, volet santé mis à part. On craint une baisse des recettes budgétaires, la dégradation des comptes macro-économiques, la baisse des financements extérieurs, la perturbation des échanges intracommunautaires, déjà faibles. On parle aussi de la fragilisation de la stabilité externe et financière de la sous-région et d'une poussée inflationniste.

Ce dernier point est d'ailleurs déjà vécu dans plusieurs secteurs de la vie quotidienne. « Du fait de la mortalité liée à la pandémie, au confinement et autres restrictions de mouvements, les activités de commerce, de tourisme, de transport entre autres seront perturbées, augmentant par ricochet les prix des transactions », indique le rapport. Les termes de l'échange pourraient diminuer de 28,6% en un an, à cause de la chute des cours du pétrole et de plusieurs autres produits sur le marché international. On situe ainsi, pour les pays producteurs de la CEMAC, le prix du baril à 39,1 dollars en 2020, contre 61,4 dollars en 2019.

Pour atténuer ces effets, les ministres réunis à Brazzaville ont pris une vingtaine de décisions concernant les politiques budgétaires, la politique monétaire et les systèmes financiers, l'intégration régionale et la coopération internationale. Parmi ces décisions, il a été recommandé aux Etats « d'adopter, dans les plus délais, des lois de finances rectificatives 2020 pour aligner la gestion des finances publiques sur des prévisions actualisées et réalistes de recettes budgétaires et pour renforcer les moyens de lutte contre la propagation de la pandémie du coronavirus tout en garantissant le service de la dette», peut-on lire dans le communiqué final.

La mise en place d'un train de mesures de soutien au profit des entreprises touchées par le Covid-19 a également été recommandée. Ces mesures comprennent par exemple des allègements fiscaux et des moratoires pour le paiement des impôts et de certaines charges sociales ; des subventions aux entreprises, le report à 2021 des mesures fiscales nouvelles affectant les secteurs les plus touchés, etc. Concernant la politique monétaire et les systèmes financiers, les recommandations tournent autour de l'approbation de l'utilisation de l'enveloppe de 90 milliards de F mise à la disposition de la BDEAC par la BEAC pour le financement des projets portant sur la lutte contre le Covid-19 et le renforcement des systèmes sanitaires nationaux.

A La Une: Afrique Centrale

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.