Maroc: Le Code du travail appelé à la rescousse pour gérer la crise du Covid-19

En cette période de tourment face au coronavirus, cet ennemi microscopique de l'humanité, les autorités marocaines ainsi que les opérateurs socioéconomiques sont conscients plus que jamais de l'impératif de prendre des mesures d'accompagnement pour limiter l'impact de cette crise sur l'économie marocaine.

En effet, ils ont pris les devants en vue d'aider les entreprises à surmonter cette période en évitant les licenciements et en favorisant la reprise une fois cette phase passée.

A cet effet, un guide explicatif a été publié par le ministère du Travail et de l'Insertion professionnelle.

Selon ce guide, l'article 245 du Code du travail permet à l'employeur, dans une situation de pandémie, de fixer des dates de départ de congé payé et ce, après consultation des délégués des salariés et, le cas échéant, des représentants syndicaux dans l'entreprise, notant que les salariés concernés par le congé doivent être consultés.

S'agissant de la question de la suspension du contrat de travail, dans le cas où le salarié est mis sous contrôle médical ou en situation de confinement, le ministère a fait observer que cette situation (art. 32) porte suspension provisoire du contrat de travail, étant donné que ce virus est considéré comme une maladie motivant l'absence du salarié.

Pour ce qui est du télétravail, l'article 8 du même Code stipule qu'il est autorisé aux employeurs de faire travailler les salariés depuis leur domicile, à condition de respecter les mesures d'hygiène et de sécurité prévues et de disposer d'une assurance contre les accidents de travail couvrant le salarié (loi n°12.18). Cet accord ainsi conclu entre les deux parties ne peut en aucun cas affecter les avantages acquis précédemment avant le recours à ce mode de travail.

D'ailleurs, depuis le début du confinement, la majorité des entreprises ont opté pour cette approche, notamment le co-fondateur et directeur général de Mubawab, Kevin Gormand, qui a relevé, dans une interview à la MAP, que sa société a communiqué à l'ensemble de ses collaborateurs les bonnes pratiques à adopter pour cette approche novatrice d'organisation de travail, qui n'est désormais "plus une option mais un impératif".

"Nous avons également assuré une communication globale qui a été faite très rapidement auprès de tous nos clients et partenaires pour renouveler notre engagement face à cette situation exceptionnelle et les conforter sur notre engagement et disponibilité", a-t-il fait savoir.

En ce qui concerne les indemnités forfaitaires, le président de la commission arbitrage et médiation à la CGEM, Mohamed Emtil, a souligné, dans un guide explicatif du patronat, la nécessité de s'affilier à la CNSS pour être éligible à l'indemnité forfaitaire mensuelle de la CNSS.

En effet, les salariés doivent figurer sur les Bordereaux de déclaration de salaire (BDS) de la CNSS en février 2020. La société doit faire partie des secteurs d'activité impactés par les effets du Covid-19 (baisses du CA et du carnet de commandes, rupture de livraison de matières premières, etc.) et doit renseigner le portail Covid-19 de la CNSS en cochant les personnes concernées par la baisse d'activité en plus de déposer sa déclaration sur l'honneur.

Dans le même sillage, Mohamed Emtil n'a pas manqué de relever que les salariés, embauchés en mars 2020, ne sont pas éligibles à l'indemnité forfaitaire, vu qu'ils ne figurent pas sur le BDS de février 2020.

Interrogé sur les salariés qui seront mis au chômage en avril, il a expliqué qu'en sus des prérequis mentionnés précédemment, la CNSS ne versera l'indemnité que si l'employeur n'a pas déclaré de salaire en avril, précisant que "si sur les BDS, le salarié est déclaré avec un salaire, quel que soit son niveau, l'indemnité ne sera plus versée par la CNSS". Et d'ajouter que dans le cas où l'employeur veut verser une aide complémentaire, le salarié ne sera plus éligible pour bénéficier de l'indemnité forfaitaire Covid-19, notant que pour cette situation précise, la CGEM a proposé d'accorder l'aide de l'employeur sous forme d'acompte sur salaire à récupérer une fois l'activité normale reprise ou d'accorder un bon d'achat, notamment avec l'approche du mois sacré de Ramadan.

Pour ce qui est du versement de ladite indemnité, les salariés la recevront à la fin de chaque mois soit par virement pour ceux disposant d'un RIB bancaire, soit via mise à disposition, avec condition pour l'employeur de déposer sa déclaration des salaires sur "Damankom" avant la fin du mois et non avant le 10 de chaque mois M 1, pour mener à bien cette action.

En ce qui a trait aux salariés en contrats à durée déterminée (CDD), dont les contrats arrivent à échéance durant la période allant du 15 mars au 30 juin 2020, ces derniers ne doivent pas être déclarés en arrêt de travail et ne sont pas éligibles pour bénéficier de l'indemnité forfaitaire.

Nonobstant, les stagiaires sous contrats d'insertion éligibles à l'indemnité forfaitaire sont ceux sous "contrats Anapec" déclarés à la CNSS en février 2020, notant que le critère d'éligibilité reste la déclaration des stagiaires à la CNSS. Une condition qui ne figure pas dans les contrats de stagiaires scolaires qui ne sont pas éligibles au versement de l'indemnité forfaitaire car ils ne sont pas déclarés.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.