Cote d'Ivoire: Lutte contre le coronavirus - Le gouvernement se prépare au déploiement des infrastructures sur toute l'étendue du territoire national

Le ministre du Tourisme et des Loisirs, Siandou Fofana, a présenté le dispositif de riposte élaboré par le comité institué pour faire face au coronavirus en Côte d'Ivoire.

C'était lors du point de la situation au quotidien sur la pandémie au ministère de la Sécurité et de la Protection civile, au Plateau. Il a rappelé que dans ce cadre, une réunion a eu lieu le dimanche au bureau du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. De cette concertation, a-t-il indiqué, il a été convenu de prendre des dispositions visant à arrêter des sites de prélèvements et des mesures logistiques pour rendre ces sites opérationnels. Mais aussi de prévoir des sites de confinement pour assurer de meilleures conditions d'accueil et de prise en charge des éventuels patients. Ainsi le Parc des Sport de Treichville, le Vitib, par exemple, ont été réquisitionnés à cet effet.

Par ailleurs, le comité s'est voulu aussi prévoyant, en anticipant une éventuelle augmentation drastique des cas de contamination d'ici au 15 avril. Toute chose qui, a-t-il fait observer, mettrait à rude épreuve notre capacité d'accueil. Aussi est-il prévu, dans les prochains jours, le déploiement des infrastructures sur toute l'étendue du territoire national. Avec une priorité accordée à la zone d'Abidjan, qui constitue le foyer de la pandémie sur le territoire ivoirien. Dans ce cadre, des établissements ont été retenus, tels que le Parc des Sports de Treichville, le stade Jesse Jackson de Yopougon, le stade Champroux et bien d'autres sites. Cependant, selon le ministre Siandou Fofana, il convient de noter une différenciation sur trois niveaux de logistiques qui seront déployés.

La logistique pour

les prélèvements.Le comité entend rendre opérationnels des sites sur tout le territoire d'Abidjan dans les prochains jours. Ce, en vue de rapprocher ces sites des utilisateurs et à garantir le respect de la confidentialité des utilisateurs. La liste de ces sites sera rendue publique dans les meilleurs délais. «Il s'agira d'installer des chapiteaux et cloisonner les médecins et les différents acteurs de prélèvements dans des box de sorte à préserver la confidentialité des personnes reçues. Il va aussi falloir veiller à installer suffisamment de box pour désengorger les files d'attente». Il a assuré que l'État s'est conséquemment doté des outils et matériels nécessaires pour réussir ce projet de prélèvements de masse.

Les sites de confinement.Sur cette question, le ministre Siandou Fofana a tenu à réitérer l'engagement du gouvernement ivoirien à offrir le cadre le plus adéquat possible aux personnes confinées. «Nous travaillons à leur offrir un cadre optimal de salubrité et de cadre de vie, lors de leur prise en charge médicale pendant les deux semaines de confinement», a-t-il expliqué. Par ailleurs, il a indiqué que site de l'Injs à Marcory a fait l'objet d'un toilettage ainsi que l'amélioration des conditions d'accueil par l'installation de nombreuses commodités. Aussi les sites retenus bénéficieront-ils de services traiteurs pour garantir l'hygiène de vie et la confection des repas dans des conditions sanitaires optimales.

Adapter la capacité d'accueil

Pour les malades confirmés, un plan d'accroissement de la capacité d'accueil, si besoin se présente, est prévu. Les personnes déclarées positives au Covid-19 et ne présentant une situation dégradante de leur état de santé, seront accueillis dans des infrastructures réquisitionnées à cet effet. «Ce, de sorte à libérer les lits d'hôpital au profit des cas les plus graves et leur apporter toute l'attention médicale que nécessite leur état de santé», a-t-il indiqué.

Laisser les gants

au personnel de santé«Dépister, isoler, traiter», c'est ainsi que Mamadou Samba, directeur général de la santé, a dans son intervention résumé la stratégie de la Côte d'Ivoire dans la gestion de la pandémie du covid-19. Il a lancé un appel à l'abandon de l'utilisation des gants par la population. «Le port de gant ne fait pas partie des mesures de prévention indiquées pour le covid-19». Il demande que ces outils de travail soient laissés au personnel de santé qui en a plus grand besoin en ces temps de crise sanitaire. «Laver les mains est suffisant et largement plus efficace que le port de gants», a-t-il insisté.

Les demandes de sorties d'Abidjan désormais reçues à l'École nationale de police

Dès aujourd'hui 31 mars, le ministère de la Sécurité et de la Protection civile ne prêtera plus ses locaux à l'opération de traitement des demandes de sortie d'Abidjan. Les demandeurs devront se rendre à l'École nationale de police, à Cocody. C'est ce qu'a annoncé le commissaire Charlemagne Bleu, porte-parole de la Police nationale. A l'en croire, sur plus de 300 demandes enregistrées ce 30 mars, 80% ont pour motif des opérations funéraires. Aussi, a-t-il rappelé la situation de crise que nous traversons et le dépassement de tous pour respecter la décision de l'isolement du Grand Abidjan. Il a par ailleurs livré des données statistiques relatives à la période de couvre-feu observée depuis le 24 mars. A l'en croire, ce sont au total 421 personnes qui ont été interpellées pour violation de couvre-feu, 76 engins pris en violation de couvre-feu, 10 malades assistés pour urgence sanitaire au plan national, et un corps enlevé suite à une mort naturelle.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.