Congo-Kinshasa: Coronavirus - Le personnel médical, en manque de matériel, s'inquiète

Confinement ou pas ? Les Kinois sont toujours dans l'incertitude. La semaine dernière, le gouverneur de la capitale de la RDC avait annoncé un confinement total par intermittence, avant de retirer sa mesure. Il faut dire que l'annonce avait provoqué une levée de boucliers: opposants et militants dénonçaient les couacs de communication et le manque de vision dans la stratégie à adopter. Et cela alors qu'en province, on s'inquiète d'une propagation. Il y a déjà deux cas confirmés à Bukavu. Tandis que les premiers plans de contingence se mettent en place, les personnels de santé réclament plus de moyens.

A Bukavu, c'est le docteur Denis Mukwege, prix Nobel de la paix qui a été nommé à la tête d'une commission santé au sein de la coordination de la riposte du Sud-Kivu. Premier sujet de préoccupation pour ses équipes face aux premiers cas, le manque de matériel de protection pour le personnel médical, des médicaments en stocks limités et 17 respirateurs seulement.

Les deux cas étaient déjà en isolement et ont été transférés vers le centre de prise en charge aménagé à cet effet.

Premiers cas à Bukavu: le récit de notre correspondant à Bukavu

Une ambulance pour 2 millions d'habitants

C'est peu, mais c'est pire à Lubumbashi, deuxième ville du pays. Un représentant syndical katangais parle d'une dizaine de respirateurs seulement pour tout le Haut-Katanga. On s'inquiète surtout dans les hôpitaux publics de ne pas pouvoir soigner les cas les plus graves. Pour l'instant, les autorités katangaises ont choisi un hôpital en préfabriqué, près de l'aéroport pour accueillir les premiers malades si l'épidémie se déclare. L'hôpital peut recevoir une centaine de patients et s'est vu doter par le gouvernorat d'une ambulance. Une seule pour 2 millions d'habitants, relève un médecin.

A Kisangani, ce sont deux hôpitaux mais leur capacité d'accueil reste limitée à une vingtaine de lits, peu de respirateurs, d'extracteurs d'oxygène. Un médecin de la Tshopo explique que certains de ses collègues menacent de quitter l'hôpital s'ils ne reçoivent pas du matériel de protection. Mais partout, ce qu'on réclame surtout, c'est la délocalisation des moyens pour tester les cas suspects, alors que dans certaines provinces, on a attendu plus d'une semaine pour recevoir les résultats de Kinshasa.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.