Congo-Kinshasa: Kinshasa renonce à un confinement total

Rue déserte au Soudan

La décision a surpris la population qui s'y était préparée en faisant des stocks de denrées alimentaires au prix fort.

L'évolution de la pandémie est inquiétante et le report du confinement total décidé par le gouverneur Gentiny Ngobila a été une surprise pour les habitants de Kinshasa.

Ceux-ci avaient déjà fait des réserves de nourriture dont les prix ont augmenté au cours des derniers jours.

Les Kinois sont donc partagés face à ce revirement, comme l'explique Omar Ruboya, livreur dans un magasin d'alimentation de la ville.

"J'en suis satisfait parce que je ne voyais pas le bien-fondé de cette décision de confinement pour quatre jours. On devait reprendre pour deux jours mais il n'y avait pas de mesures d'accompagnement. Dans le même temps je suis déçu, parce que le gouverneur a embrouillé les gens. C'était décidé à la hâte, les gens ont acheté des produits à des prix exorbitants et ensuite, il a décidé d'annuler."

Une confusion contagieuse

Le nombre de victimes du coronavirus en RDC ne fait qu'augmenter, avec huit morts, 81 cas confirmés, plus de 2.000 cas suspects et trois guéris selon l'Institut national des recherches biomédicales.

Parmi les 16 nouveaux cas confirmés le week-end dernier, deux sont de Bukavu. Ainsi, la province du Sud-Kivu rejoint celle de l'Ituri qui a déjà un cas enregistré.

Ce qui inquiète la population est aussi la façon des autorités congolaises de gérer ce début de crise. Tout prête à confusion, selon Amos Bendel, qui travaille pour une agence de production audiovisuelle et craint que cela sème des doutes sur l'existence de la pandémie :

"De nombreux Congolais vont se dire que ce n'est pas seulement une rumeur mais une maladie qui n'est pas réelle. Quand vous l'annoncez pour dire ensuite que le confinement est annulé : on connait notre population. Quand on annule cela veut dire pour les gens que c'est faux. La maladie, pour de nombreux Congolais, n'existe pas."

Certains choisissent le confinement

Mais à l'inverse, certains habitants ont décidé de ne pas se laisser influencer par le report du confinement et de rester chez eux. Parmi eux figure le chauffeur Jacques Ndemba, qui est en confinement avec sa famille, même s'il a accepté de nous recevoir.

"Il ne faut pas sortir parce que les cas confirmés et les décès sont plus élevés que ce qu'on dit. Je reste chez moi pour ne pas être contaminé parce que le coronavirus se propage lorsque vous êtes en contact avec des gens. Il y a toujours propagation dans les transports en commun, les marchés ou ailleurs dans la ville."

Les rassemblements de plus de 20 personnes sont interdits en cette période où le pays fait face à la pandémie.

Malgré cela, les partisans de Ne Muanda Nsemi, leader du mouvement politico-religieux Budu dia Mayala, ont tenté de manifester ce lundi, paralysant la circulation dans la commune de Kintambo, au nord-ouest de Kinshasa.

La police, qui a été la cible de jets de pierres, les a dispersés. L'affrontement a fait des blessés dans les deux camps mais pour l'instant, le calme semble revenu dans ce quartier.

Plus de: DW

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.