Togo: Un mois après le scrutin, le président français salue la victoire de Faure Gnassingbé

Depuis la présidentielle du 22 février dernier, et la réélection de Faure Gnassignbé à la tête du Togo, les pays européens étaient restés relativement silencieux sur le sujet. Mais la semaine dernière, la France, l'Allemagne et l'Union européenne ont adressé des messages de félicitations au président togolais, alors que le résultat de la présidentielle est toujours contesté.

Dans une lettre adressée le 25 mars, Emmanuel Macron dit exprimer tous ses « vœux de succès » à Faure Gnassingbé. « Le Togo est confronté à de nouveaux défis avec le développement d'une menace terroriste venant du Sahel », écrit le président français. « Cette situation, à laquelle le Togo a su faire face jusqu'à présent, rend encore plus nécessaire les efforts sur les politiques de soutien à la cohésion nationale, mais aussi la consolidation de la démocratie », ajoute le locataire de l'Elysée, qui assure que « la France continuera de soutenir la mise en œuvre du Plan national de Développement ».

Dans ce courrier, Emmanuel Macron dit également « saluer les progrès accomplis en matière de gouvernance économique et de climat des affaires ». Des encouragements et des félicitations formulées également par le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, alors que l'Union européenne, a de son côté déclaré vouloir « continuer à accompagner les réformes institutionnelles et économiques, ainsi que les efforts de dialogue et de réconciliation entrepris ces dernières années ».

Ces messages ont été adressé au président togolais la semaine dernière soit trois semaines après la validation des résultats par la Cour constitutionnelle. Des résultats toujours contestés. Si le camp d'Agbéyomé Kodjo dit prendre acte de ces messages de félicitations envoyés à Faure Gnassingbé, il n'entend pas pour autant cesser de revendiquer la victoire. Agbéyomé Kodjo qui est poursuivi en justice, notamment pour troubles aggravés à l'ordre public, dénonciations calomnieuses ou encore atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat. L'opposant est convoqué au Service de renseignement et d'investigation criminelle mercredi prochain, le 1er avril, à 9 heures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.