Congo-Kinshasa: Patrimoine culturel immatériel de l'Humanité - La candidature de la Rumba congolaise déposée

Le professeur Yoka Lye, Président de la Commission nationale Rumba, a annoncé, vendredi 27 mars 2020, le dépôt de la candidature de la Rumba congolaise sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité (sous l'égide de l'Unesco) depuis près d'une semaine. Il rappelle que cette candidature est commune avec la République sœur du Congo-Brazzaville, pour des raisons historiques évidentes, et pour des facilités stratégiques et tactiques.

Lors de l'ouverture du colloque sur la rumba congolaise, le 11 mars dernier, le Directeur Général de l'Institut National des Arts, le Professeur Yoka Lye Mudaba, avait fait comprendre qu'il s'agit d'un moment de bonheur et d'honneur pour la culture des deux Congo. De bonheur parce que c'est une longue marche entamée depuis une dizaine d'années sur la rumba, et d'honneur parce que les habitants du Congo voisin se sont joints à cette fête pour célébrer, ensemble, cette rumba qui lie les deux rives du fleuve Congo.

"Ces moments de bonheur et d'honneur est dû à la Rumba congolaise. D'où, en parler c'est évoquer des moments épiques de l'histoire. Non seulement de la traite négrière de la colonisation, mais aussi de l'histoire contemporaine car c'est un patrimoine culturel immatériel de l'Humanité qui a été au centre de nos cœurs et de nos esprits et vecteur de la cohésion de notre pays et du reste du monde", a-t-il dit.

De ce fait, depuis fin février 2020, grâce aux conseils du bureau Unesco à Kinshasa, une feuille de route commune a été établie, avec comme moments forts des ateliers méthodologiques et alternatifs à Brazzaville et à Kinshasa, avec un colloque international les 12 et 13 mars à Kinshasa réunissant les experts ainsi que les ministres de la Culture de deux rives, et enfin avec la rédaction de la requête pour cette inscription pour que la candidature de la rumba congolaise soit une réussite à cause de la valeur culturelle qu'elle regorge.

Sauvegarder les expressions du patrimoine immatériel

A l'ouverture du colloque sur la rumba congolaise, Augustin Bikale, venu représenter le Représentant de l'UNESCO en République démocratique du Congo, a laissé comprendre que depuis la ratification de la convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, plusieurs conditions ont été mises en place en RDC et en République du Congo pour que la sauvegarde du patrimoine Culturel soit effective. D'où, à l'heure où le monde traverse une crise économique qui affecte profondément la vie matérielle des millions de personnes, la sauvegarde des expressions du patrimoine immatériel constitue le centre des identités et la raison d'être du comportement humain.

Rappelons que la rumba de "l'indépendance Cha-Cha", a été considérée comme l'hymne populaire des indépendances africaines lors des années 60. Inscrire la rumba congolaise sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité sera une bonne chose.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.