Congo-Kinshasa: Face à une éventuelle épidémie de la Covid-19 - L'Université Officielle de Bukavu met en place un plan de préparation

A travers ses facultés de médecine, pharmacie et santé publique, l'université officielle de Bukavu (UOB), vient de mettre en place un plan de préparation et réponse rapide face à une éventuelle épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19) dans la province du Sud-Kivu.

Axé sur trois phases, ce plan interviendra avant, pendant et après l'épidémie. Pour le professeur Théophile Kabesha, médecin épidémiologiste et doyen de la faculté de médecine de l'UOB, l'objectif de ce projet est de pouvoir limiter au maximum l'atteinte de la population par cette maladie en passant par trois voies.

Premièrement, avant que cette maladie n'atteigne cette province qui partage les frontières avec des grandes capitales des pays de l'Est déjà touchés, il est question d'assurer à la population une formation correcte en la sensibilisant sur cette maladie.

Deuxièmement, précise le doyen de la faculté de médecine, il faudra mettre en place des mécanismes de coordination des activités pour qu'ensemble avec d'autres structures intervenant dans ce domaine, qu'ils puissent déboucher à de bons résultats en aménageant des sites et des infrastructures pour la réception des éventuels malades. Aussi, placer un accent sur la vulgarisation du message dans toute la province, appuyer l'élaboration du plan de contingence et participer à la validation de celui-ci en province et la redynamisation des équipes d'intervention rapide, tout en formant les relais communautaires. Ce, sans oublier la mobilisation des ressources nécessaires.

"Troisièmement enfin, à travers notre département de psychologie clinique, assurer la prise en charge psychosociale et la réintégration des sujets qui seront atteints de cette maladie afin d'éviter toute stigmatisation et traumatisme psychologiques", a-t-il fait savoir.

Des atouts nécessaires

S'agissant des atouts dont dispose le personnel de l'UOB pour l'exécution de ce plan, le professeur Kabesha a laissé entendre que l'UOB est une institution publique d'enseignement supérieur qui regorge une bonne quantité de ressources humaines. "Nous avons des médecins et des infirmiers spécialisés dans tous les domaines possibles, nous avons du matériel nécessaire (ambulance, équipement) pour le laboratoire pour nous permettre de mettre en place une clinique mobile qui pourra agir dans toutes les grandes agglomérations de la province où nous pourrons dépêcher nos équipes car notre stratégie est que nous puissions privilégier ceux qui sont en dehors de la ville, mais aussi nous aurons à produire deux mille à trois mille litres de désinfectant et les masques qui devraient être mis à la disposition de la population et à moindre coût", a-t-il expliqué.

Notons que ce projet a été soumis au gouvernement central à travers le ministère de la santé, à l'INRB, au gouvernement provincial mais aussi à plusieurs autres partenaires qui interviennent dans le domaine sanitaire pour renforcer les moyens dont dispose cette institution pour bien mener cette lutte.

Cette institution n'est pas à sa première expérience en matière de riposte contre ce genre de d'épidémie car, pour rappel, c'est dans sa clinique universitaire qu'était installé le quartier général de riposte contre l'Ebola dans la province du sud-Kivu l'année dernière.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.