Congo-Kinshasa: Nord-Kivu - Une motion incidentielle vise le gouverneur pour faire appliquer la retenue à la source

L'auteur de la motion incidentielle est le député provincial, Jean-Paul Lumbulumbu, vice-président de l'Assemblée provinciale du Nord-Kivu qui l'a annoncé, ce lundi 30 Mars 2020 à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

La cérémonie officielle d'ouverture de la session de mars, prévue le 30 mars de chaque année, n'a pas eu lieu cette année au Nord-Kivu, comme dans d'autres provinces de la RDC suite au risque de propagation de la pandémie de coronavirus.

Le vice-président de l'Assemblée provinciale du Nord-Kivu estime qu'après 8 mois d'impaiement des députés provinciaux et, face à la situation sanitaire critique que traverse la République démocratique du Congo, l'heure est arrivée à des actions concrètes qui vont contraindre le Gouverneur du Nord-Kivu à appliquer la retenue à la source, telle que voulue par la Constitution congolaise, pour permettre à la province de se doter des moyens de fonctionnement.

« Il est prévu par la loi que le Gouverneur de province doit retenir à la source, 40% des recettes produites chaque mois par la province pour répondre aux besoins urgents de la population de son entité. Malheureusement, le constat sur place est que cette loi n'est pas d'application, ce qui bloque sérieusement le développement des provinces de la RDC comme celui du Nord-Kivu qui est la 4ème province fiscale du Pays », note Jean-Paul Lumbulumbu.

Il ajoute que sa démarche est à la fois juridique et politique. Puisque la province est bloquée ainsi, vise-t-il que son action atteigne le Pouvoir central qui doit faire appliquer cette loi, tout en espérant qu'une solution pourra être trouvée.

Cet élu provincial de Lubero tire la sonnette d'alarme, affirmant que la gestion de Coronavirus sera très difficile au Nord-Kivu par manque des moyens nécessaires. Car, avance-t-il, le système de santé reste très fragile dans cette partie du pays et ne pourrait, selon ce député, faire face au Coronavirus.

« Le Nord-Kivu est aujourd'hui en situation d'étau parce que le Sud-Kivu, l'Ituri, le Rwanda et l'Ouganda qui sont les provinces et les pays qui l'entourent sont déjà touchés par le Coronavirus. Et à Goma où il y a déjà un cas de Coronavirus signalé, les capacités de résilience sont faibles faute des structures et matériels sanitaires adéquats pour y faire face. Tout doit être testé par l'INRB Kinshasa, il n'y a pas d'appareils respiratoires et cela bloque la machine sanitaire. D'où, il faut doter le Nord-Kivu des moyens de sa politique », conclut Jean-Paul Lumbulumbu.

Déjà en date du 7 février 2020, Adèle Bazizane, la Rapporteure de l'organe délibérant du Nord-Kivu, avait annoncé que les institutions de la province fermeraient les portes, au cas où la retenue à la source ne serait pas appliquée.

À défaut de l'application de cette retenue à la source, le Pouvoir central avait instauré depuis un moment, la rétrocession de 40% à la province sur les recettes qu'elle produit mensuellement. Cette exception qui entre malheureusement en contradiction avec la loi du pays, souffre également d'application.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.