Ile Maurice: Ecroué pour trafic de drogue - Il se cachait sur le toit de sa maison pour éviter la police

C'est son frère qui lui a demandé de cacher la drogue chez lui. C'est ce qu'a révélé un habitant de La Caverne, Vacoas, aux policiers qui ont perquisitionné son domicile hier, lundi 30 mars. L'homme âgé de 53 ans, qui travaille comme General Worker dans une société, avait en sa résidence une certaine quantité de drogue synthétique.

Le frère, un jardinier de 46 ans, a ainsi été arrêté par l'Anti-Robbery Squad et la Divisional Supporting Unit Central.

Une descente policière a ainsi eu lieu au domicile d'un jeune de 30 ans, travaillant à son propre compte. Les proches ont tenté de faire barrage en soutenant que le suspect ne se trouvait pas à la maison. Mais c'était sans compter sur les informations obtenues par la police selon lesquelles l'homme se trouvait en fait sur le toit de la maison.

La famille a tenté de s'opposer à la perquisition des policiers. Mais, au final, elle a dû obtempérer d'autant que la police lui a fait comprendre qu'elle pourrait être arrêtée pour obstruction à une enquête policière.

Le suspect se cachait en fait derrière un réservoir eau potable. Son domicile a aussi été perquisitionné et une certaine quantité de drogue synthétique ainsi qu'environ Rs 25 000 soupçonnées de provenir de ce trafic illicite ont été saisies.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.