Congo-Kinshasa: Désengorgement des prisons - La FBCP dénonce la non-exécution des mesures prises

L'ONG exhorte le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, à «s'investir personnellement pour la libération massive des prisonniers jusqu'à 90%, pour préserver les vies humaines ».

La Fondation Bill Clinton pour la paix (FBCP) regrette la non-réalisation, jusqu'à ce jour, des promesses faites par le vice-Premier ministre et ministre de la Justice pour l'application des mesures de désengorgement des prisons. Citant les informations à sa possession, cette ONG de défense des droits de l'homme indique que, depuis 16 mars jusqu'au 30 mars 2020, il y a seulement deux cent quinze détenus prévenus qui ont été libérés. Alors qu'il y a déjà, selon cette organisation, des cas suspects de la pandémie à coronavirus au sein de la prison centrale de Makala ainsi que dans d'autres prisons du pays.

Dans son communiqué signé le 30 mars par son président Emmanuel Adu Cole, la FBCP dit pourtant noter que plusieurs pays ont déjà exécuté sur les recommandations du haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'homme et auraient libéré jusqu'à 90% de leurs prisonniers et détenus.

L'ONG, qui rappelle, des morts enregistrés dans les prisons et maisons carcérales de la RDC dont à la prison centrale de Makala, aux mois de janvier, février et mars 2020, exhorte le chef de l'Etat, Félix-Antoine Tshisekedi, à s'investir personnellement pour la libération massive des prisonniers jusqu'à 90% pour préserver les vies humaines. Cette organisation dit également attendre du président de la République d'accorder la grâce présidentielle et une amnistie générale en faveur des détenus dans le dossier Kamina Nsapu, sans oublier les bénéficiaires de la loi d'amnistie déjà promulguée depuis 2005 et qui n'a jamais été exécutée.

S.O.S pour Jean-Claude Muyambo

Dans une autre intervention, la FBCP se dit inquiète pour la vie de l'ex-bâtonnier Jean-Claude Muyambo. Selon l'ONG, le président du parti politique Scode, ancien prisonnier politique du régime Kabila, qui a décidé de s'investir à la défense des droits des prisonniers et les droits de l'homme, en général, et qui est parmi les personnes qui sont en train de lutter pour le développement durable et l'unité katangaise, serait recherché par des hommes lourdement armés non autrement identifiés, qui sont allés même jusqu'à casser sa maison pour le retrouver. Dans ce plaidoyer, la FBCP sollicite des autorités du pays d'assurer la sécurité de cet ancien bâtonnier et de toute sa famille.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.