Madagascar: Plan sectoriel de l'éducation - Le calendrier scolaire dans la bonne voie

L'un des points phares de la position du gouvernement quant à la mise en œuvre du plan sectoriel de l'éducation concerne le maintien de la mise en place d'une éducation fondamentale de neuf ans, répartie en trois sous-cycles de trois ans.

La publication du calendrier scolaire est attendue avec impatience.

Si le pays fait face à l'une des plus grandes crises du système de santé publique que le monde n'ait jamais connu, la vie de la Nation continue à travers divers secteurs tels que l'économie, l'environnement ou encore l'éducation. Une continuité appuyée par Rijasoa Andriamanana, ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement technique et professionnel. Jointe au téléphone hier, la responsable de faire savoir que « même si le pays fait actuellement face à la crise du COVID-19, les efforts afin de mettre en œuvre un meilleur système éducatif malgache ne peuvent attendre ». Ainsi, des « travaux de couloir sont actuellement menés » par le ministère dans le cadre de l'amélioration du Plan Sectoriel de l'Education.

Travaux qui concernent, entre autres, « la restructuration de l'éducation fondamentale, le changement du calendrier scolaire ainsi que le système d'évaluation de la performance des apprenants ». Ce serait dans cette optique qu'une réunion dirigée par le Premier ministre Christian Ntsay, avec la participation des dirigeants des directions nationales des écoles privées, ainsi que des représentants des partenaires techniques et financiers du pays, a décidé du maintien de la mise en place de l'éducation fondamentale de neuf ans répartie en trois sous-cycles de trois ans. Interrogée sur la question, Rijasoa Andriamanana d'avancer que « les démarches continuent et qu'une communication sur les tenants et aboutissants du Plan Sectoriel de l'Education sera effectuée ». Avant de renchérir que « pour l'heure, l'Etat, via le ministère de l'Éducation nationale, et les partenaires techniques et financiers collaborent actuellement afin de finaliser les mises au point apportées au Plan Sectoriel de l'Education ».

Adjugé. L'entretien téléphonique avec la ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement technique et professionnel a également permis de savoir que les questions relatives au Plan Sectoriel de l'Education national, comme le calendrier scolaire, devront passer par diverses étapes avant d'être légiférées. « Les modifications devront être approuvées par la Plateforme Nationale pour le Pilotage du Secteur Education, ou PNPSE, étant donné que celle-ci est l'organe décisionnel en la matière à Madagascar » explique Rijasoa Andriamanana. Une validation qui devrait également se faire après un passage en Conseil des ministres, si l'on s'en tient toujours aux dires de la ministre de tutelle.

Avec la crise du COVID-19 qui sévit actuellement dans le pays, la validation desdites mises au point devrait attendre. Quoi qu'il en soit, les points marquants de modifications en question devraient concerner : le mois de début et de fin de l'année scolaire, les dates des pauses intermédiaires, le temps moyen d'apprentissage des enfants malgaches, ou encore le réajustement du cadre d'orientation et d'organisation du curriculum malgache.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.