Algérie: Un navire battant pavillon des Iles Marshall impliqué dans le pillage des richesses sahraouies

Laayoune Occupee — L'Association de contrôle et protection des richesses naturelles sahraouies a annoncé avoir repéré un navire répondant au nom de "Golden Bonnie", battant pavillon des Iles Marshall, qui est arrivé au port de la ville de Lâayoun occupée en provenance du port de Casablanca (Maroc).

Rappelant la situation juridique du territoire du Sahara occidental, l'association a mis en garde des répercussions pouvant naître de l'arrivée de ce navire dans une partie occupée du Sahara occidental dans cette conjoncture particulière marquée par la propagation du Covid-19, classée pandémie par l'OMS.

L'association a affirmé que ces pratiques de pillage et de spoliation auxquelles s'adonne l'occupant marocain en cette conjoncture délicate sont une preuve irréfutable de son indifférence quant à la dangerosité de cette pandémie et des répercussions de l'accès de ce navire au territoire sahraoui, notamment l'éventuelle transmission du virus.

Relayant le communiqué de l'Association, des médias sahraouis ont attiré l'attention de la communauté internationale sur les "pratiques de certaines compagnies impliquées, avec la complicité du Maroc, dans le pillage des richesses sahraouies en usant de nouvelles méthodes pour couvrir les opérations de spoliation et de pillage.

Appelant la communauté internationale a assumer ses responsabilités vis-à-vis du peuple sahraoui pour lui permettre d'exercer sa souveraineté sur ses richesses, les médias sahraouis ont interpellé le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU a "prendre des mesures strictes et rigoureuses pour amener l'occupant marocain à cesser ses opérations de pillage, notamment en cette conjoncture particulière".

Lundi, le Front Polisario a mis en garde l'entreprise allemande "Continental" contre ses activités illégales au Sahara occidental occupé, soulignant que toute participation à la spoliation de richesses sahraouies, engage la responsabilité civile et pénale du Groupe et de ses dirigeants.

"Des informations concordantes établissent que votre société entend renouveler un contrat avec le Groupe OCP (Office chérifien des phosphates). Je n'ai, bien entendu, rien à dire pour ce qui concerne vos activités sur le territoire du Maroc, mais il en va différemment lorsqu'il s'agit du territoire du Sahara occidental", a écrit le membre de la direction politique du Front Polisario chargé de l'Europe et l'Union européenne, Oubi Bouchraya Bachir, dans une lettre adressée au Groupe Continental.

"Votre société, implantée en Europe, est entièrement soumise au droit européen, et si elle le viole, elle se place dans l'illégalité, et engage sa responsabilité", a ajouté M. Oubi Bouchraya Bachir.

Le diplomate sahraoui a également rappelé au Groupe allemand que "sur le plan opératoire, vous êtes tenus de respecter les principes posés par la Cour de Justice de l'Union européenne dans son arrêt du 21 décembre 2016, à savoir que le Maroc et le Sahara occidental sont deux territoires distincts et séparés, que le Maroc n'y est pas souverain, mais seulement puissance militaire occupante en application de la IV Convention de Genève".

Le 16 mars dernier huit organisations allemandes ont appelé conjointement Continental à "se conformer à sa responsabilité d'entreprise et à ne pas apporter un soutien économique à l'occupation marocaine de parties du Sahara occidental, en violation du droit international".

Chaque année, le Maroc exporte entre 1 et 2 millions de tonnes de ce minerai, en violation du droit international en l'utilisant aussi dans son lobbying politique afin de gagner le soutien d'autres pays à son occupation illégale.Le Front Polisario, seul représentant légitime du peuple sahraoui, s'est toujours ouvertement opposé à ce pillage, et l'a exprimé devant l'ONU à toute occasion, et aux entreprises concernées.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.