Ile Maurice: Parlement - Le flou persiste toujours autour de la prochaine séance

A trois jours de la prochaine séance parlementaire (ajournée au vendredi 3 avril), les parlementaires sont nombreux à attendre une décision. Pour l'heure, le flou persiste.

Dans l'après-midi de ce mardi 31 mars, la Chief Whip du gouvernement, Naveena Ramyad, ne savait toujours pas si une décision sera prise par rapport à la tenue de cette séance. «J'étais en contact avec le Premier ministre durant la première partie de la journée, mais dans l'après-midi, aucune décision n'a été arrêtée. Donc à ce stade cette séance devrait normalement avoir lieu», a-t-elle déclaré.

Le leader de l'opposition Arvin Boolell est lui aussi dans l'expectative. Il a essayé d'obtenir des informations auprès du speaker, mais il n'avait pas plus d'informations que la Chief Whip. «En tant que leader de l'opposition, je souhaite être informé s'il y aura des changements».

Quant au leader du MMM, il a déjà fait savoir les conditions pour la tenue de la séance de vendredi prochain. En effet,Paul Bérenger souhaite que tous les parlementaires et le personnel affecté à l'Assemblée nationale soient dépistés.

Si la séance est maintenue, Xavier Duval estime que l'agenda doit être modifiée. «On ne peut pas continuer avec les débats sur le discours-programme. Il faut qu'on vienne avec le durcissement des lois existantes en ce qui concerne le couvre-feu sanitaire. Ou encore, il faudra amender la Constitution pour permettre la tenue des séances parlementaires virtuelles», a déclaré Xavier Duval.

Sollicité, l'ancien speaker, Ajay Daby, avance que dans les circonstances actuelles, il existe trois possibilités. Si la séance est annulée, elle sera automatiquement reprogrammée au mardi 7 avril à 11h30. Et si même celle-ci n'a pas lieu, la séance sera encore une fois automatiquement repoussée au mardi 14 avril.

L'autre solution est de proroger le Parlement. Dans ce cas, c'est le président de la République qui informera les parlementaires de la décision. A savoir qu'une prorogation ne peut pas dépasser 11 mois. Si tel est le cas, la prochaine session sera considérée comme nouvelle et le gouvernement devra revenir avec un nouveau discours-programme et tous les comités parlementaires devront être reconstitués.

Ou le gouvernement peut décider de maintenir la séance de vendredi avec le quorum légal de 17 parlementaires pour que la session soit légale. Il sera alors possible d'avoir une séance expéditive pour ajourner le Parlement à une date ultérieure.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.