Togo: Sortie des occidentaux sur la réelection de Faure - Quand les intérêts guident... les félicitations !

analyse

Ça y est! Faure Gnassingbé vient d'obtenir la satisfécit des Occidentaux. En effet, la France, l'Allemagne et l'Union européenne (UE) ont adressé leurs félicitations au président togolais, après la validation de sa victoire par la Cour constitutionnelle.

Cette sortie des Occidentaux vient ainsi battre en brèche l'allégation selon laquelle la France était mécontente des conditions de réélection de Gnassingbé fils. C'est véritablement une douche froide pour l'opposant Agbéyomé Kodjo qui continue de ruer dans les brancards parce qu'estimant que sa victoire lui a été volée.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que cette sortie des Occidentaux ne sert pas la cause de l'alternance ni de la démocratie. On est d'autant plus fondé à le penser que le locataire du Palais de Lomé II a été réélu dans des conditions presque chaotiques.

Bastonnades, restrictions de liberté d'opposants, meurtres, utilisation abusive des moyens de l'Etat au profit du prince régnant, bref, tous les moyens auront été utilisés pour garantir la réélection de Faure Gnassingbé. Féliciter un homme qui aura ainsi bafoué allègrement les droits élémentaires de ses opposants, c'est à n'y rien comprendre.

Même s'ils semblent s'être souciés de la forme (en se prononçant après la Cour constitutionnelle), les Occidentaux ont manqué l'occasion de se taire. Car, leur sortie n'est ni plus ni moins qu'une prime à la dictature. Cela est d'autant plus vrai que Faure perpétue une dynastie de plus de 50 ans. Certes, le Togo organise régulièrement des élections présidentielles mais que vaut une démocratie sans alternance?

Le jeu d'hypocrisie des Occidentaux obéit à une et une seule règle

En tout cas, tout laisse croire que les Occidentaux sont quelque peu responsables des malheurs qui frappent le continent noir. Ils font miroiter aux peuples africains, les vertus de la démocratie mais sont incapables de sanctionner ceux qui rusent avec ces valeurs pourtant essentielles pour le développement du continent.

Ces Européens ont d'autant plus péché en félicitant Faure que ce n'est un secret pour personne que le Togo constitue le trou noir de la démocratie en Afrique de l'Ouest. Et à défaut de le contraindre à respecter les règles démocratiques, ils ont plutôt préféré l'encourager à se fossiliser au pouvoir.

A ce rythme, l'on ne serait pas surpris de voir les mêmes féliciter le président guinéen, Alpha Condé, pour l'organisation de son référendum constitutionnel qui aura coûté la vie à des dizaines de personnes. Mais doit-on en être surpris ? Assurément, non. Ce jeu d'hypocrisie des Occidentaux obéit à une et une seule règle : la défense de leurs intérêts.

C'est dire si les intérêts guident... les félicitations adressées à Faure Gnassingbé pour sa réélection au scrutin du 22 février 2020 pour un 4e mandat. Que l'on ne s'y trompe donc pas : les Occidentaux soutiennent les dictateurs en Afrique pour préserver leurs intérêts.

Cela dit, il convient de dénoncer le rôle joué par les observateurs de l'Union africaine (UA) et de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) qui n'auront pas non plus rendu service ni à la démocratie, ni au peuple togolais encore moins au continent en ne trouvant rien à redire sur ce scrutin.

Mais comme l'a dit Thomas Sankara, « l'esclave qui n'est pas capable d'assumer sa révolte, ne mérite pas que l'on s'apitoie sur son sort ». C'est dire que si le peuple togolais avait pris son destin en main, on n'en serait pas là. Personne ne viendra faire son bonheur à sa place.

Plus de: Le Pays

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.