Congo-Kinshasa: Les enfants de la RDC menacés par les épidémies de rougeole et de choléra

Des enfants à Kinshassa
31 Mars 2020

Le système de santé de la République démocratique du Congo (RDC) a besoin d'un soutien urgent pour lutter contre les épidémies de rougeole et de choléra et contre la menace croissante du nouveau coronavirus, met en garde l'UNICEF dans un nouveau rapport.

Un rapport publié mardi par le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), indique que les efforts déployés en RDC pour contenir l'épidémie d'Ébola ont détourné l'attention et les ressources des établissements de santé affaiblis.

Depuis le début de l'année 2019, la plus grande épidémie de rougeole au monde a tué plus de 5.300 enfants de moins de cinq ans dans le pays. Dans le même temps, il y a environ 31.000 cas de choléra.

Ces dernières semaines, les cas de Covid-19 ont augmenté rapidement, ce qui représente un défi majeur pour un pays considéré comme le plus menacé d'Afrique.

Selon le rapport, les centres de santé publique manquent d'équipements, de professionnels et de fonds. De nombreuses installations manquent encore d'eau potable et d'assainissement. Les taux de vaccination, qui étaient déjà faibles, ont fortement baissé dans certaines provinces.

On estime que 3,3 millions d'enfants ont des besoins vitaux en matière de santé qui ne sont pas satisfaits. Environ 9,1 millions d'enfants ont besoin d'une aide humanitaire.

Beaucoup d'enfants parmi les plus vulnérables vivent dans trois provinces de l'Est touchées par le conflit et l'épidémie d'Ebola. Les violences brutales des milices, notamment les attaques contre les centres de santé, ont forcé près d'un million de personnes à quitter leur domicile rien qu'en 2019.

Renforcer le système de santé

Selon le rapport, environ 16,5 millions de cas de paludisme ont été signalés en 2019, causant près de 17.000 décès. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus touchés.

Les cas de rougeole ont augmenté entre 2019 et 2020, atteignant 332.000 enfants dans tout le pays, ce qui en fait la pire épidémie de l'histoire de la RDC. Sur les plus de 6.200 décès enregistrés, environ 85% étaient des enfants de moins de cinq ans.

Le choléra est une situation permanente, conséquence des mauvaises conditions sanitaires et de l'eau sale dont dépendent de nombreuses familles pour boire et se laver. La maladie a tué environ 540 personnes, dont près de la moitié étaient des enfants.

Dans une note, le Représentant de l'UNICEF en RDC, Édouard Beigbeder, déclare que « le renforcement du système de santé de base est absolument vital ».

Selon lui, « si les services de santé n'ont pas les moyens de fournir des services de vaccination, de nutrition et d'autres services essentiels, y compris dans les régions éloignées, il y a un risque de voir la vie et l'avenir de nombreux enfants congolais détruits par des maladies évitables ».

Dans ce rapport, l'UNICEF demande au gouvernement de consacrer une plus grande partie de son budget aux services de santé qui soutiennent les femmes enceintes, les nouveau-nés et les jeunes enfants. Le Fonds demande également que la priorité soit donnée au renforcement de la vaccination.

L'agence des Nations Unies appelle également les donateurs internationaux à mieux protéger les enfants contre les maladies transmissibles.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: UN News

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.