Cote d'Ivoire: Abobo - Des "enfants en conflit avec la loi" arrêtés par la Gendarmerie

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, un groupe d'individus a semé la psychose au sein de la population du quartier « BC » de la commune d'Abobo. A cette occasion, ces individus, identifiés comme étant des enfants en « conflit avec la loi », ont braqué plusieurs domiciles et blessant plusieurs personnes à l'arme blanche, dont l'un a eu les mains sectionnées.

Suite à cette agression, poursuivant les recherches, les éléments du secteur 5 de la Brigade de sécurité rurale 1 et de la Brigade d'Abobo ont interpellé, le lundi 30 mars 2020, au quartier « Houphouët Boigny » d'Abobo, trois individus participant à l'agression en bande organisée. Ces derniers ont affirmé connaître les membres du gang ayant sévit il y a quelques jours au quartier BC.

Continuant les investigations, ce mardi 31 mars 2020, un autre individu est arrêté quartier Anokoi 3 extension. Ce dernier reconnaît avoir participé aux agressions du 29 mars 2020 au quartier Abobo BC.

Interrogés, ils reconnaissent tous avoir participé à plusieurs attaques à l'arme blanche dans la commune d'Abobo, dont celle du dimanche ayant enregistré l'ablation des mains d'un jeune homme. Les enquêtes sont toujours en cours pour mettre hors d'état de nuire tous ces gangs.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.