Burkina Faso: Coronavirus - Luttons en chanson

Menace mondiale, le coronavirus (COVID-19) mobilise partout les énergies pour la lutte. Au Burkina comme ailleurs, c'est le branle-bas de combat depuis que le mal s'est déclaré. Personnes physiques et morales, chacun apporte à sa manière sa contribution pour barrer la route à la propagation de la maladie. Dans cet élan, les artistes burkinabè ne sont pas en reste. Certains d'entre eux se sont spontanément signalés à travers des chansons de sensibilisation. Sont de ceux-là, entre autres, Issouf Compaoré, le parolier Don Sharp de Batoro et le rappeur Smarty qui propose aux mélomanes «Alerte corona».

Artiste aux grands talents, Issouf Compaoré ne manque jamais d'idées pour bercer le public avec ses mélodieuses chansons. Loin de la scène depuis un certain temps, surtout pour ce qui est des notes profanes, il revient avec «Coronavirus», une composition pour sensibiliser l'opinion sur le danger que constitue cette nouvelle pandémie planétaire.

Pour le créateur très doué, ce titre qu'il a mis en gros une semaine pour sortir de son imagination est une participation à la lutte contre la nouvelle pathologie. C'est selon lui une invitation à la population à écouter et mettre rigoureusement en pratique les mesures édictées par les autorités politiques et sanitaires pour barrer la route au COVID-19. Il s'agit, a soufflé l'artiste, d'une musique de sensibilisation fredonnée en langue nationale mooré qu'il propose à tous et à chacun pour un engagement individuel et collectif. Cette création a nécessité un investissement financier que l'artiste se garde de chiffrer.

Pour une large diffusion, les réseaux sociaux sont mis à profit. Par téléchargement gratuit, on peut s'en procurer. En plus de donner l'information sur le mode de transmission de la maladie, les précautions à prendre, Issouf Compaoré appelle à un soutien des acteurs sur le terrain de la lutte. Pour lui, le Burkinabè c'est par définition un homme intègre et chacun doit être capable de comprendre cela et l'intégrer dans son quotidien, diffuser le message autour de soi.

Au vue de la jaquette sur laquelle est mentionné Issouf Compaoré-Coronavirus, confie l'artiste, les gens ont vite fait de le soupçonner d'être infecté par la maladie. Certain n'ont pas manqué d'alerter ses enfants aux Etats-Unis. Un quiproquo qu'il a tenu à relever, attestant qu'il se porte comme un charme. Issouf Compaoré n'a pas de soucis de santé et il s'attèle déjà à la version française de sa chanson sur le nouveau coronavirus.

Pour sa part, Don Sharp de Batoro, après «Soundjata, le fils du buffle», son cinquième album dont la dédicace est intervenue le 25 février dernier, est aussi rentré dans la danse pour apporter un message fort de sensibilisation comme il a toujours su le faire. Il s'agit d'un message pour contribuer à stopper la propagation du COVID-19 qui n'épargne personne. Avec sa structure « Afrika Prod » et le soutien de « Merveille production, il a écrit et réalisé des capsules vidéo de sensibilisation sur le coronavirus, afin de toucher un large public. Son œuvre a enregistré des centaines de milliers de vues en seulement deux jours.

Grand rappeur, Smarty, lui, s'est signalé depuis le 25 mars courant avec le titre «Alerte corona», par l'entremise de l'UNICEF. Une pierre de plus dans la prévention de la maladie, en donnant les bonnes informations pour sauver les tout-petits. Le lauréat du prix «Découverte RFI 2013» convie à l'union face à la pandémie. Il suggère aux pouvoirs publics d'agir vite. A tous, il incite au respect des mesures déjà prises pour lutter contre le mal.

Du côté de Bobo-Dioulasso, c'est un collectif de 15 artistes burkinabè, «Diafodé Kaba Diakité», qui a donné de la voix pour lutter contre le nouveau coronavirus à travers une chanson de sensibilisation réalisée en 48 heures. L'œuvre porte le titre de «Stop coronavirus au Burkina Faso» chanté en français, dioula et bôbô. Le clip pour l'accompagner est présentement en tournage.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Burkina Faso

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.