Cameroun: Impact du Covid-19 sur les entreprises - Le plaidoyer du Gicam

Le Groupement inter-patronal du Cameroun a signé hier à Douala un communiqué qui fait un ensemble de propositions au gouvernement.

Les victimes collatérales du Covid-19, ce sont aussi les entreprises. Elles ressentent déjà les effets de cette pandémie et il en sera ainsi pendant une longue période. C'est dans ce cadre que dans un communiqué signé hier à Douala, le Groupement inter-patronal du Cameroun (Gicam) formule des propositions à l'endroit du gouvernement. Au plan fiscal et social, le Gicam sollicite la suspension des contrôles fiscaux ainsi que le gel des redressements fiscaux en cours, le report, sans pénalités, des délais des déclarations statistiques et fiscales, l'assouplissement des conditions de délivrance des attestations de non-redevance.

Il est aussi sollicité de l'administration fiscale, entre autres le report du paiement des acomptes de l'impôt sur les sociétés, celui du paiement des cotisations CNPS pour les entreprises dans l'impossibilité de verser des salaires à leur personnel avec cependant le maintien des couvertures CNPS sur les salariés concernés. Au plan douanier, le Gicam souhaite un assouplissement des mesures de contrôle (quarantaine de 14 jours) des navires pour les secteurs stratégiques et les produits sensibles, la suppression durant la période de crise des surestaries et des frais de stationnement liés aux opérations de dédouanement. Le patronat voudrait aussi avoir un allègement et une adaptation des procédures liées au dédouanement et au paiement des fournisseurs, notamment pour tenir compte des contraintes liées au confinement en cours dans les pays d'embarcation de nombreux fournisseurs étrangers étant désormais dans l'incapacité d'accomplir certaines formalités, la suspension des contrôles douaniers après enlèvement.

Sur le plan monétaire, le Gicam propose l'activation des leviers monétaires pour approvisionner le système bancaire en liquidités, ce qui est d'ailleurs déjà effectif suite au comité de politique monétaire de la Beac où le taux de provision en liquidités est passé de 240 à 500 milliards par semaine ; l'accompagnement des banques et établissements financiers dans l'octroi des crédits de trésorerie aux entreprises. Elles se sentiraient également soutenues si elles obtenaient une accélération des remboursements de crédits de TVA et de la dette intérieure, une suspension des pénalités pour d'éventuels retards dans l'exécution des marchés publics mais aussi l'autorisation de tenir des assemblées générales au-delà du mois de juin. L'institution d'un fonds de soutien aux Pme et à l'artisanat est aussi vivement souhaitée.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.