Afrique: En Afrique, des mesures de confinement bien difficiles à faire respecter

L'Afrique s'abrite. A mesure que le coronavirus se répand sur le continent, les pays africains expérimentent à leur tour le confinement. C'est le cas à Lagos, la mégalopole du Nigeria, où rester chez soi est une obligation depuis vendredi. Du jamais vu dans la plus grande ville d'Afrique.

D'après les chiffres officiels, la propagation du virus est pour l'heure limitée, avec près de 6000 infections et 190 décès sur l'ensemble du continent. Mais pour l'administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement, la situation risque dégénérer très rapidement.

« Certains des pays les plus vulnérables seront en première ligne des futurs développements, et ils sont les moins préparés, explique Achim Steiner. Nous craignons que le soutien financier et l'accès direct aux équipements médicaux ne soient tout simplement pas suffisant, et que cette crise s'aggrave considérablement en raison des mesures limitées prises jusqu'à présent. »

Dans les pays les plus pauvres, être confiné signifie ne plus pouvoir subvenir à ses besoins et faire respecter les mesures restrictives est quasiment impossible. En témoignent les images de rues bondées en Afrique du Sud, le pays avec le plus grand nombre de contaminations. Le confinement est pourtant censé être total depuis une semaine.

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.