Afrique du Sud: Le difficile confinement des townships au Cap et à Johannesburg

Le coronavirus s'installe encore un peu plus en Afrique du Sud avec 1 353 cas positifs confirmés et 5 morts. Le virus atteint désormais les townships, ces bidonvilles en banlieue des métropoles issus du régime de l'apartheid.

Des cas positifs ont été recensés dans au moins deux d'entre eux: Khayelitsha dans la banlieue de la ville du Cap et le township d'Alexandra à Johannesburg. Deux quartiers réputés pour leur pauvreté, la criminalité qui y règne, et surtout pour l'étroitesse des habitations, la plupart étant des cabanes faites de tôle. Le confinement est donc extrêmement compliqué à respecter et l'inquiétude grandit

Des habitats minuscules, parfois à plusieurs familles dans quelques mètres carrés tout au plus. Le confinement, quasiment mission impossible dans les townships donc. Cela fait craindre le pire à Sue Goldstein, docteur en santé publique de l'Université de Wits. « Je ne peux pas même imaginer le fait de se confiner pendant 21 jours dans ces conditions. Nous sommes très inquiets. Ce premier cas positif dans un township est vraiment alarmant. Ça va se répandre comme une trainée de poudre. »

Même son de cloche chez l'activiste Ntuthuzelo Vika, qui habite Khayelitsha le grand township du Cap où un premier cas de coronavirus a été détecté. « Nous avons besoin d'aller chercher de la nourriture, de l'eau. C'est très compliqué de juste rester à la maison toute la journée. Et pourtant les gens que je connais sont conscients du virus, ils savent que c'est dangereux. Mais en même temps c'est dur de l'éviter. »

La police et l'armée sévissent

Beaucoup d'habitants des townships ont été vu dans les rues ces derniers jours. Et ce malgré la quarantaine imposée par le gouvernement et les patrouilles de l'armée. L'explication est avant tout économique selon le chercheur Mark Weston. « Si vous êtes en quarantaine vous ne pouvez pas travailler, mais ces gens doivent travailler pour pouvoir manger. Ils doivent gagner de l'argent par n'importe quel moyen pour survivre, et pas de seulement survivre au coronavirus ».

La police et l'armée continuent d'exercer une pression sur les habitants. Au moins deux personnes ont été tués lors d'opérations du maintien du confinement.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.