Cameroun: Patrimoine - Bandenkop au rythme du « Nzeuh »

A la tribune de la place des fêtes de la chefferie Badenkop, le décor a été 22 février 2020, celui des grands jours. Y étaient présents, des membres du gouvernement, des ambassadeurs, de nombreux touristes et curieux venus d'horizons divers, ainsi qu'une panoplie de chefs traditionnels, majoritairement de la région de l'Ouest.

Tous étaient venus assister à l'exécution de la danse « Nzeuh ». Une danse traditionnelle pleine de symboles et de significations. « Le Nzeuh symbolise la royauté. Il permet au monarque que je suis de remplir les conditions ultimes, pour tourner une page et inscrire avec les pleins pouvoirs, les pages de son règne. Une manière d'affirmer que le nouveau monarque a enfin pris les choses en main », a précisé sa majesté Francis Homsi Feze, le chef du groupement Badenkop. Sa Majesté Francis Homsi a donne le ton, en assenant quelques coups sur le hangar construit au cœur de cette place des fêtes de la chefferie. Les danseurs, ont à trémousser au son du tam-tam qui a résonne dès cet instant.

Le chef Francis Homsi Feze, qui étaient accompagné par une demi-douzaine d'autres monarques, a preste en allant vers les autres monarques, les autorités, et son peuple qui l'a encouragé par des ovations en mimant ses pas de danse. Le rythme à ne pas parler durant toute la procession. La chorégraphie a varié des pas de danse en zig-zig, aux pas de danse en cercle. « Cette danse qui sort exclusivement lors de la clôture des funérailles d'un monarque ou d'un festival, est exécuté juste par les cadres accomplis de la haute société secrète nobiliaire de nos chefferies », a précise Jean Marie Nziali, le notable qui a ouvert la danse. Ces attributs s'observent sur leurs accoutrements.

Tous sont vêtus du Ndop, traînant derrière eux une peau de panthère, encagoulés par le masque aux oreilles d'éléphants, et brandissent la queue de cheval, pour symboliser la victoire de la vie sur la mort. La victoire de tout un peuple. Celle du groupement Badenkop qui, à cette occasion, célébrait les funérailles de son précédent monarque, sa majesté Marcel Feze Ngandjong. L'exécution de la danse « Nzeuh », a été précédée par une procession des sociétés secrètes ainsi que celle des filles et fils de ce groupement, des ressortissants des grandes agglomérations du Cameroun et de la diaspora. Diverses autres activités culturelles y ont été associées durant une semaine (du 16 au 22 février 2020), pour permettre à ce groupement, de se mobiliser par l'action pour « la préservation des valeurs culturelles, la principale richesse de nos peuples que nous avons héritée de nos aïeux », a précisé le chef Francis Homsi Feze.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.