Sénégal/Congo-Kinshasa: Moise Katumbi rend hommage à Pape Diouf décédé à Dakar

Pape Diouf est décédé le 31 mars 2020 à Dakar, victime de la pandémie du Coronavirus. Et Moise Katumbi lui a rendu hommage, lui qui l'appelait son ami et frère.

L'ancien président de l'Olympique de Marseille, Pape Diouf, est décédé le 31 mars 2020 à Dakar, victime de la pandémie du Coronavirus. Le virus venu de Chine a eu raison de cet ancien journaliste analyste du football qui tire sa révérence à 69 ans alors qu'il était consultant de Canal Plus et patron d'une école de journalisme.

A l'annonce de cette triste nouvelle, le président du TP Mazembe de Lubumbashi, Moise Katumbi Chapwe lui a rendu un témoignage poignant. « C'est avec une immense tristesse que j'apprends la disparition de mon ami et frère Pape Diouf. C'est un géant du football africain qui nous quitte. Toutes mes pensées vont à sa famille dont je partage la peine et la tristesse et avec laquelle je m'unis en prières. Une légende vient de nous quitter. Le monde du football lui sera éternellement reconnaissant d'avoir mis à sa disposition tout son talent de journaliste sportif, de président de club et d'agent de joueurs au service du sport le plus populaire de la planète. Son exceptionnel parcours et son mental de gagnant l'ont élevé au rang de modèle et d'icône pour tous les jeunes Africains », a déclaré Moise Katumbi sur son compte twitter.

Et de rappeler et souligner : « Il était venu à Lubumbashi pour partager son expérience et ne manquait jamais d'encourager le TP Mazembe ». En novembre 2013, le natif d'Abéché au Tchad en 1951 avait séjourné à Lubumbashi sur invitation de Moïse katumbi pour assister à la finale de la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), finale perdue devant les Tunisiens du CS Sfaxien. Battu à Tunis par zéro but à deux, Mazembe n'avait pu gagner que par deux buts à un, laissant filer le trophée de la C2 africaine sous le regard de Pape Diouf.

Le président de Mazembe s'est souvenu : « Il ne supportait ni la médiocrité, ni la petitesse. Il poussait tous les Africains à cultiver le goût de l'effort, de la performance et à rechercher l'excellence. Je garde de Pape Diouf le souvenir d'un homme désireux de voir émerger sur la scène mondiale les meilleurs talents africains. Il nous a offert l'immense fierté d'être le premier fils du continent à diriger l'Olympique de Marseille, l'un des clubs de football les plus prestigieux de la planète. Assurément, il fait partie du cercle très restreint des hommes dont le dynamisme a contribué à apporter de la joie à des millions de personnes et à rendre le monde meilleur ».

Pour Moise Katumbi, l'expertise, l'engagement et les avis éclairés de Pape Diouf vont beaucoup manquer au moment où se prépare la Coupe du monde des clubs. Et de terminer son message en sensibilisant sur le danger de la pandémie : « En tirant sa révérence, Pape Diouf rappelle à ceux qui en doutaient encore que le Covid-19 n'épargne personne et qu'il nous faut tous respecter les mesures de distanciation sociale et les gestes barrières... ».

Avant sa mort, note-t-on, Pape Diouf était consultant de Canal Plus, patron fondateur d'une école de journalisme. Très estimé dans le monde du football, il avait été journaliste sportif à « La Marseillaise », puis agent de joueurs, avant de relever le défi de la direction managériale de l'OM puis de la présidence du club phocéen de 2005 à 2009.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.