Madagascar: Sambava - Des sardines saisies après une intoxication

Cent soixante-quinze kilos de sardines ont été saisis par l'équipe de la direction régionale de la pêche, dans le district de Sambava, en deux jours, les 28 et 30 mars. Ces fruits de mer, dont la vente et la consommation sont interdites jusqu'à la fin de ce mois, ont été retrouvés sur le marché. C'est notamment suite à une récente terrible intoxication causant la mort de deux personnes que l'application de cette note a été renforcée.

Ces poissons sont généralement empoisonnés en cette période d'été. Raison pour laquelle, les responsables de la pêche dirigés par Bleriot Randriamandimby, refusent qu'ils soient mis en vente avant le délai fixé au niveau régional, dans la Sava.

En fin de semaine dernière, lors d'un contrôle inopiné, cent cinq kilos de sardines ont été confisqués. Puis deux jours plus tard, soit le lundi dernier, soixante-dix autres ont été ramassés auprès des commerçants. Ils ont, tous été détruits et enfouis dans un trou. L'inspection se poursuivra à Vohémar et à Antalaha, selon les informations rapportées.

L'autorité compétente prévient ceux qui ont toujours l'intention d'outrepasser la mesure prise chaque année, celle d'une interdiction de courte période. Le tout, dans le but d'épargner la population du risque d'intoxication alimentaire.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.