Sénégal: Les Services du FMI achèvent les discussions concernant un décaissement de 221 millions de dollars au pays pour faire face à la pandémie du COVID-19

Les services du FMI ont achevé les discussions sur un accès d'urgence à la facilité de crédit rapide et à l'instrument de financement rapide pour aider le Sénégal à relever les défis économiques liés à la pandémie.

L'approbation de la demande de financement par le Conseil d'administration du FMI mettra à la disposition des autorités 221 millions de dollars pour répondre aux besoins urgents du budget et de la balance des paiements résultant de la pandémie. La réunion du Conseil d'administration est attendue d'ici à la mi-avril.

Le gouvernement a pris des mesures fortes pour arrêter la propagation de la maladie et met en œuvre un plan stratégique pour atténuer son impact économique et social.

Les services du FMI ont achevé les discussions avec les autorités en vue d'un décaissement à la mi-avril de 161.8 millions de DTS ou 221 millions de dollars, dont 107,9 millions de DTS (147,6 millions de dollars EU) au titre de l'Instrument de financement rapide (IFR) et de 53,9 millions de DTS supplémentaires (73,3 millions de dollars EU) au titre de la Facilité de crédit rapide (FCR) pour répondre aux besoins urgents du budget et de la balance des paiements résultant de la détérioration des conditions économiques mondiales et de la propagation du COVID-19 au Sénégal. Le Conseil d'administration du FMI devrait examiner cette requête de financement d'ici à mi-avril 2020.

La pandémie du COVID-19 a affaibli les perspectives macroéconomiques du Sénégal. Les mesures de confinement pour éviter la propagation du virus, la baisse de la demande extérieure, la diminution des envois de fonds et l'arrêt brutal des voyages et du tourisme ont un impact significatif sur la croissance et génèrent un besoin urgent de balance des paiements (BOP). Le soutien du FMI aide à préserver l'espace budgétaire pour les dépenses de santé essentielles liées au COVID-19 et à catalyser le soutien des partenaires au développement.

Les autorités ont adopté des mesures fortes pour atténuer l'impact de la pandémie en déclarant l'état d'urgence, en fermant les écoles, en suspendant le trafic aérien, en interdisant les rassemblements publics et en instaurant un couvre-feu. Elles sont en train de mettre en œuvre un plan global pour améliorer le système de santé et contenir l'impact économique, notamment à travers la mise en place d'un fonds national de solidarité et la fourniture d'un soutien ciblé aux ménages et aux entreprises vulnérables.

Plus de: Lejecos.com

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.