Liberia: Couverture du coronavirus - RSF appelle les autorités à garantir l'accès à l'information

communiqué de presse

Les journalistes couvrant la crise sanitaire provoquée par l'épidémie de Covid-19 au Libéria sont confrontés à des difficultés croissantes. Reporters sans frontières (RSF) appelle les autorités libériennes à respecter l'accès à l'information et garantir la sécurité des journalistes.

Le journaliste Frank Payne de la radio communautaire Magic FM a été agressé, le 27 mars, lors de la veillée de prière d'un proche d'un agent de la Liberia Drugs Enforcement Agency (LDEA) à Grand Bassa, au centre-ouest du pays. Selon des informations recueillies par RSF, ce sont des agents de la LDEA qui s'en sont pris au journaliste, vraisemblablement pour l'empêcher de rapporter que plus de 100 personnes participait à la cérémonie religieuse, alors que les recommandations sanitaires interdisent les grands rassemblements pour limiter la propagation du Covid-19.

Sur ordre du ministère de la Santé et l'Institut national de santé publique du Libéria, le ministère de l'Information, de la Culture et du Tourisme a par ailleurs annoncé le 23 mars que seuls huit organes de presse étaient désormais autorisés à couvrir le point de presse trihebdomadaire du ministère de la Santé consacré à l'épidémie du Covid-19. Alors que le Liberia compte plus de 150 stations de radio, de nombreux journaux et médias en ligne, sur les huit médias choisis, quatre appartiennent au gouvernement.

"L'accès à l'information est un enjeu majeur pour aider les populations à se protéger du virus, rappelle le directeur du bureau Afrique de l'Ouest de RSF, Assane Diagne. Entraver le travail des journalistes est le pire moyen de lutter contre la propagation de l'épidémie. Il est essentiel que les autorités veillent au respect du pluralisme existant et permettent aux professionnels de l'information de poursuivre leur mission d'information librement et en toute sécurité".

Alors que la pandémie se propage sur le continent africain, RSF constate une multiplication des actes d'intimidation, d'agression et de censure visant les journalistes et médias du continent qui couvrent la crise sanitaire en cours. Plusieurs atteintes à la liberté d'informer ont notamment déjà été constatées au Sénégal, en Ouganda, au Nigeria, en Ethiopie, au Cameroun, à Madagascar, en Côte d'Ivoire, Afrique du Sud, au Mali, au Tchad et au Congo.

Le Liberia occupe la 93e place au Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF en 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RSF

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.