Sénégal: Il faisait des dépistages au coronavirus- Le faux médecin et 3 de ses présumés complices déférés

2 Avril 2020

Accusé d'avoir profité de la pandémie du coronavirus pour faire de faux tests à des employés de grandes sociétés de la place revenus récemment de zones à risque, A. Samba, arrêté par la Sûreté urbaine (Su) de Dakar a été déféré, hier, devant le Procureur en même temps que trois de ses complices. Il est poursuivi pour exercice illégal de la profession de médecin, escroquerie sur les deniers publics, mise en danger de la vie d'autrui, usurpation de titre, faux et usage de faux.

Le tristement célèbre faux Dr A. Samba, à la fois gynécologue, cardiologue, généraliste, cancérologue, selon la tête du patient, qui a fait de faux tests au Covid-19 et des analyses de sang à beaucoup d'employés de grandes sociétés de la place, a été déféré, hier, devant le Procureur par la Sûreté urbaine (Su) de Dakar qui a bouclé son enquête. Arrêté vendredi dernier, il devait faire face au maître des poursuites lundi, mais sa garde à vue a été prolongée à cause de nouveaux éléments dans le dossier. En effet, au cours de leurs investigations, les hommes du Commissaire Sangaré ont découvert qu'A. Samba n'avait pas agi seul. Le gérant d'un multiservice sis à la Médina, qui lui avait confectionné la fausse carte de médecin, a été alpagué de même que celui qui lui a produit les faux cachets. L'infirmier qui procédait aux prélèvements sanguins pour les bilans et analyses a également été arrêté.

Au final, A. Samba devra répondre devant la barre pour une kyrielle d'infractions, à savoir exercice illégal de la profession de médecin, escroquerie sur les deniers publics (il a grugé beaucoup de sociétés nationales), mise en danger de la vie d'autrui (en dehors des faux tests au Covid-19, il s'est permis de faire des interventions chirurgicales alors que ses études en médecine se sont arrêtées en 4ème année), usurpation de titre, faux et usage de faux.

Les autres sont poursuivis pour complicité de faux et usage de faux ainsi que complicité de mise en danger de la vie d'autrui. Tous les suspects ont reconnu les faits. Lorsque ce scandale a éclaté, le Ministre de la santé et de l'Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr, et que l'Ordre des pharmaciens du Sénégal, ont saisi le Procureur d'une plainte.

Plus de: Le Soleil

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.