Sénégal: Sédhiou/ Une affaire d'infanticide et d'usage de chanvre indien attriste Goudomp - Un bébé à l'abandon dévoré par des porcs...

La commune de Goudomp, dans l'extrême sud-ouest de Sédhiou, est attristée depuis, hier mercredi, par une rocambolesque affaire d'infanticide. Une passante a découvert, dans une parcelle à l'abandon, un bébé dont le corps est entièrement dévoré par des porcs. Seule la tête encore gisant sur un sachet en plastique permet de reconnaitre que c'est une personne abandonnée sur les lieux, à la naissance. Une enquête est ouverte pour en savoir plus. Non loin de là, les gendarmes, déjà sur une piste, mettent la main sur six individus en possession de chanvre indien.

La découverte hier, mercredi 1er avril en milieu de matinée, des restes d'un nouveau-né au quartier Hamdallahi, en plein centre-ville de Goudomp, défraie la chronique dans le Balantacounda. Juliette Dionou, une dame de retour du marché déclare avoir constaté une boulimie des porcs sur un sachet en plastique et s'était arrêtée pour en avoir le cœur net. Grande fut sa surprise, dit-elle, de constater que la pitance de ces bêtes n'était rien d'autre qu'un bébé à l'abandon dont il ne restait que la tête. «C'est sur le chemin du retour du marché, ce mercredi matin 1er avril, que j'ai remarqué des cochons en train de dévorer quelque chose dans ce site à l'abandon. J'ai été attirée, par un réflexe de curiosité, pour me rapprocher et y voir plus clair. A ma grande surprise, je vois une tête d'un nouveau-né. Le reste du corps est dévoré par les cochons qui avaient même résisté à ma tentative de les chasser. Très vite, j'ai, à mon tour, alerté mes connaissances et les agents de sécurité de proximité non loin d'ici», explique Juliette Dionou. Youssouph Diatta, un habitant du quartier et témoin des faits, déplore cette poche de parcelle à l'abandon et objet de tous les dangers. «Ce qui se passe ici à Goudomp n'est pas du tout bien car des poches de parcelles qui pullulent en plein centre-ville constituent des sources d'insécurité permanente. A la mairie et aux autorités en charge de l'urbanisme de prendre leur responsabilité et viabiliser ces sites en les réaffectant à ceux qui veulent y investir».

Le premier adjoint au maire de Goudomp venu constater de visu ce drame, déplore l'acte délictueux et rassure que des dispositions diligentes seront prises pour libérer la collectivité de ces poches d'insécurité ambiante. «Ce qui s'est passé là est une bien triste affaire d'infanticide. Il est vrai que le site est à l'abandon, mais il était sous litige entre des familles Seydi de Goudomp. Ce litige a été tranché et il revient vraiment à nous, autorités, de prendre des mesures idoines pour réaffecter des parcelles du genre dans la ville. Je rendrai compte fidèlement au maire et au préfet pour que des solutions urgentes soient prises dans ce sens-là», a notamment fait observer Assane Seydi. Les gendarmes de la brigade de Samine, en poste à Goudomp, ont fait une descente sur les lieux du crime et ont ouvert une enquête pour identifier l'auteur de cet acte odieux ayant donné la mort, avec atrocité, à un nouveau-né.

Et des jeunes escroqués et vendeurs de chanvre

Par ailleurs, toujours dans cette même circonscription de Goudomp et non loin de ce site, sont pris en flagrant délit de consommation de chanvre indien six jeunes dont Salif Cissé alias Apouye, le conducteur du forage de la commune de Goudomp. Ils seront déférés au parquet de Sédhiou, à la fin de la durée légale de garde à vue.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.