Congo-Kinshasa: Kinshasa - Des femmes vulnérables vont bénéficier des kits « TIKALA NA NDAKU »

Ces kits seront distribués à des femmes kinoises en situation de vulnérabilité, à cause de l'impact du Coronavirus sur l'économie. Distribués par l'équipe de l'ONU-Femmes RDC, ces kits contiennent des produits alimentaires de première nécessité, des produits d'hygiène et des informations sur les bonnes pratiques à observer.

L'équipe ONU-Femmes en République démocratique du Congo a également mis en place les mesures nécessaires pour assurer le suivi de ses activités, dans le respect des directives du gouvernement. Cette agence onusienne a particulièrement effectué une révision de sa note stratégique 2020-2024, pour refléter la situation actuelle et intégrer des activités liées à la prévention des inégalités et des violences faites aux femmes durant la pandémie du COVID-19. C'est ce qui ressort du compte-rendu de l'actualité des Nations Unies en RDC, du 1er avril 2020.

Pour l'ONU-Femmes, les femmes sont sur ka première ligne dans la lutte contre le Coronavirus. « Elles ont traditionnellement la responsabilité de s'occuper des malades et des enfants, en plus de leur travail. Cette charge est d'autant plus importante que les écoles sont fermées. Les mères doivent souvent jouer des rôles auxquels elles ne sont pas préparées, comme enseignante, alors que les enfants n'ont pas accès à des programmes scolaires en ligne », soutient cette agence du système des Nations unies.

De nombreuses femmes qui travaillent dans les marchés ou comme employées de maison, ont vu leur activité économique diminuer, voire disparaitre. Cela entraîne de graves conséquences pour elles et leurs familles, alors que les prix des denrées alimentaires et de première nécessité ont fortement augmenté. Les femmes ont aussi moins accès à des informations de qualité sur le COVID-19.

À cause de la mobilité limitée et du stress induit par la peur et la compréhension limitée des événements, les femmes sont également appelées à jouer le rôle de médiatrices et régulatrices des tensions dans leurs familles et de la communauté. Malheureusement, il est rare que le rôle des femmes soit pris en compte et que leurs contributions à la lutte contre la pandémie soient reconnues.

Par ailleurs, ONU-Femmes craint la recrudescence des violences domestiques et des violences basées sur le genre dans les régions de la RDC touchées par la pandémie du COVID-19. Ce, comparativement aux chiffres mondiaux et l'expérience des crises sanitaires précédentes, dont Ebola.

Ainsi, l'agence onusienne appelle les médias à participer à la prévention des violences et à adapter leur communication pour faire passer les messages sur les bonnes pratiques à observer face au Coronavirus auprès des femmes. Elle appelle aussi les médias à faire intervenir des femmes dans leurs programmes, ce qui aidera les autres femmes à accomplir leur rôle.

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.