Libye: Le GNA très critique envers le dispositif Irini mis en place par l'UE

Les consultations entre les membres de l'Union européenne se poursuivent à Bruxelles pour s'accorder les modalités de la mise en œuvre de la nouvelle mission européenne au large de la Libye, annoncée mardi par le chef de la diplomatie européenne. L'opération est fortement critiquée par le camp de l'ouest libyen.

Pour Josep Borell, le chef de la diplomatie européenne, cette nouvelle opération, baptisée Irini, vise à contrôler les espaces maritimes et aériens vers la Libye afin de faire respecter l'embargo des Nations unies sur les armes.

Le Gouvernement d'union nationale (GNA) multiplie les contacts et reproche à l'Union européenne de ne pas l'avoir consulté sur cette nouvelle mission. Pourtant, lors de la conférence de Berlin, en février dernier, les deux parties libyennes étaient d'accord pour respecter l'embargo sur les armes.

Certains membres du Parlement du secteur de Tripoli se sont réunis ce jeudi et accusent même l'Union européenne de favoriser Khalifa Haftar, l'homme fort de l'Est, et de l'avantager avec cette mission.

Faute de ne pouvoir déployer une force sur les frontières terrestres libyennes, l'Union européenne doit employer des radars de navires, des avions et des satellites pour collecter les informations sur les mouvements vers la Libye. « Irini n'est pas la solution, mais une partie de la solution pour aider à faire cesser les combats », a reconnu l'Union européenne.

Irini succède donc à l'opération Sophia, lancée en 2015, et arrivé à terme ce mardi. Mais elle n'aura qu'un seul mandat : faire « respecter l'embargo imposé par l'ONU sur les livraisons d'armes à la Libye », affirme le chef de la Diplomatie de l'Union européenne.

La mission de Sophia était de lutter contre les réseaux de passeurs qui acheminent les migrants vers l'Europe via l'Italie et Malte. Irini, signifie paix en grec. La Grèce a permis à cet accord d'exister en acceptant de recevoir les migrants sauvés en Méditerranée en lieu et place de l'Italie qui avait le commandement de l'opération Sophia et qui le garde pour cette nouvelle opération.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.