Afrique: COVID-19 : l'avenir de millions d'élèves en sursis en Afrique de l'Ouest et du Centre

communiqué de presse

Alors que plus de 120 millions1 d’enfants et d’étudiants ne sont plus scolarisés en Afrique de l’Ouest et du Centre, Save the Children s’inquiète pour leur avenir. Presque tous les pays ont procédé à des fermetures d'écoles et d'universités à l'échelle nationale pour contenir le virus du Covid-19 - ce nombre devrait augmenter si le virus devait se propager davantage.

Bien que la réponse au COVID 19 soit principalement axée sur les systèmes de santé, la pandémie a déjà un impact dévastateur sur les enfants au-delà de l’aspect sanitaire. Pour tenter de contrôler la pandémie COVID 19, les gouvernements ferment des écoles dans le monde entier. Cette situation pourrait encore aggraver la vulnérabilité des enfants marginalisés en Afrique de l'Ouest et du Centre et surtout au Sahel, selon Save the Children.

"Je vis très mal cette fermeture soudaine des écoles. C'est les pires vacances que je n’ai jamais eues parce que nous sommes en confinement. Nous ne pouvons pas étudier, j’ai peur du virus. Je ne sais pas quand l'école va ouvrir ses portes. Je suis angoissée, je ne sais pas si nous allons finir le programme. Je ne sais pas si le virus ne va pas faire une tragédie dans notre pays. Tout me manque les cours, mes amis et l'école en un mot. Plus les jours passent, plus il y a de cas et à cette allure, l'école n'est pas prête d'ouvrir". Awa٭ une élève à Bamako, au Mali.

Alors que COVID-19 pousse les gouvernements à confiner les populations et à fermer les écoles, Save the Children s'inquiète des mécanismes limités mis en place pour s’assurer que les enfants soient en mesure de poursuivre leur apprentissage depuis leur maison. Leur éducation est interrompue, les enfants n’ont plus de lieu sûr comme une école. Ils deviennent donc plus exposés aux abus, à la négligence, à la violence ou encore à l'exploitation, et sont plus susceptibles, surtout les filles, d'abandonner complètement l'école.

Si certains pays sont mieux préparés à offrir un "apprentissage à distance" aux enfants pendant les fermetures d'écoles, les filles et les garçons les plus marginalisés vivant dans les zones rurales ou dans la banlieue des grandes villes auront du mal à accéder à l'enseignement à distance. Ils'agit notamment des enfants issus de ménages à faible revenu, des enfants handicapés et des
enfants déjà touchés par des conflits et des crises humanitaires.

Les systèmes éducatifs nationaux de la RDC, du Burkina, du Mali, du Niger ou du nord du Nigeria sont déjà confrontés à des défis considérables en raison du conflit et des déplacements en cours et d'un manque de financement critique. Le COVID-19 exacerbe d’avantage cette situation.

"L'éducation doit être intégrée dans la réponse actuelle à l'épidémie de COVID-19, car l'avenir de millions d'enfants est en jeu. La maladie peut disparaître avec le temps, mais les enfants continueront à en subir les conséquences pour le reste de leur vie", a déclaré Philippe Adapoe, Directeur Régional de Save the Children pour la région de l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

"Gérer la crise sanitaire et contenir le virus doit bien sûr être une priorité, mais il faut aussi veiller à ce que les enfants puissent poursuivre leur éducation depuis chez eux. Jusqu'à présent, des mécanismes limités ont été mis en place pour assurer la continuité de l'éducation des enfants à la maison. C'est un défi que les gouvernements devront relever, avec l'aide de la communauté internationale. Si nous reléguons cette continuité de l'éducation au second plan, de nombreux enfants, en particulier les filles, risquent d'abandonner l'école. Ebola, même s'il s'agit d'une épidémie différente, devrait nous servir de leçon", conclut-il.

Save the Children appelle les gouvernements et la communauté internationale à :

 Mettre des mesures en place pour atténuer l'impact de la fermeture des écoles. En Afrique, où des millions de personnes n'ont pas accès à Internet, des outils tels que des programmes de radio et de télévision peuvent aider les enfants à accéder à une éducation alternative. Il est essentiel que les gouvernements soutiennent les enseignants et les dotent des compétences nécessaires pour dispenser un enseignement à distance de qualité.

 Apporter des soins appropriés et un soutien spécifique pour les enfants, ainsi que l'enseignement à distance, car les fermetures d'écoles frapperont le plus durement les enfants les plus marginalisés.

 A mettre en place des mesures nécessaires pour atténuer les risques pour les enfants, l'impact des fermetures d'écoles allant au-delà de la perturbation de l'éducation. Nombreux sont ceux qui dépendent des repas scolaires pour leur alimentation quotidienne. En outre, les enfants qui ne sont pas scolarisés courent également un risque accru d'être recrutés pour travailler, d'être maltraités et exploités

 A accorder une attention particulière aux filles, qui sont plus susceptibles d'être confrontées à un traitement disproportionnée en s'occupant des membres de leur famille qui ont contracté le virus, en s'occupant de leurs jeunes enfants, ou en étant victimes de mécanismes familiaux négatifs comme le mariage d'enfants. Davantage de gouvernements doivent mettre en place des systèmes pour protéger les filles vulnérables, la Sierra Leone étant un exemple avec la récente décision du gouvernement de lever
l'interdiction de scolarisation des filles enceintes.

FIN

1 https://en.unesco.org/covid19/educationresponse
٭ Son nom a été changé

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.